Glossaire
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z



A

ACERMI

Association pour la Certification des matériaux isolants

Ademe

Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de L’Energie. L’ADEME a pour mission de susciter, animer, coordonner, faciliter ou réaliser des opérations ayant pour objet la protection de l’environnement, la maîtrise de l’énergie et le développement durable. http://www.ademe.fr

 

Agence Internationale de l’Énergie (AIE)

Cette agence a été créée suite à la crise pétrolière de 1973-1974. Elle est le cadre privilégié pour la coopération entre 27 pays membres de l’OCDE dans le domaine de l’énergie.

Ampoule basse consommation

Lampe fluo compacte (l’énergie lumineuse est produite par décharge dans un gaz) consommant 4 fois moins d’électricité pour produire la même intensité lumineuse.

ANAH

Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat. Elle attribue des subventions pour améliorer le confort dans l’habitat privé.

Atmosphère

Couche de fines particules entourant et protégeant la Terre, c’est l’interface entre le cosmos et notre planète qui résulte principalement de l’activité biologique sur la Terre et du dégazage de l’intérieur du globe lors des éruptions volcaniques. Elle sert de bouclier contre les rayonnements cosmiques nocifs. L’équilibre de l’atmosphère est fragile et les activités industrielles, urbaines et agricoles ont modifié sa composition. On distingue plusieurs couches atmosphériques définies par leur composition et par deux paramètres physiques principaux : la pression et la température. Les deux principaux constituants de l’atmosphère sont l’azote et l’oxygène.

Azote

L’azote est présent dans de nombreux engrais sous forme d’ammonium. Le diazote (N2) compose, à 78%, l’air. Lors de la combustion avec des combustibles fossiles (pétrole, charbon), il s’associe à l’oxygène pour former des oxydes d’azote (NOx) qui ont un effet majeur dans la pollution de l’air.

 

Haut de page
B

Bilan de l’énergie

Relevé comptable des disponibilité (approvisionnement) et de l’utilisation (emplois) des différentes sources de l’énergie, enregistrant tous les flux, y compris les variations de stocks, à l’intérieur d’une zone géographique et pour une période déterminée. L’énergie comptabilisée dans les bilans établis par l’Observatoire de l’énergie est saisie aux premières étapes de la chaîne énergétique, soit par énergie primaire et énergie finale, mais pas en énergie « utile » qui devrait tenir compte des rendements des équipements. Les emplois des différents types d’énergie portent aussi bien sur les usages énergétiques que sur les usages non énergétiques.

Le terme de bilan de l’énergie s’applique au concept lui-même comme à la représentation graphique qui en résulte, celle-ci apparaissant le plus souvent sous forme de tableau, mais parfois aussi sous forme de diagramme.

Bio-construction

Bâtiment réalisé selon les règles de l’écoconstruction, mais allant au-delà. La bio construction en effet centre ses choix sur l’Homme en tant qu’occupant du lieu, avec une étude préalable du terrain, un choix de matériaux ayant de bonnes réponses biologiques, des technologies (électricité, chauffage, ventilation, sanitaire...) non polluantes, douces et agréables.

Bio-déchet

Désigne les déchets biodégradables solides des ménages qui comprennent : les déchets alimentaires, les déchets verts, les papiers et les cartons. Désigne également la fraction fermentescible des déchets ménagers, séparés à la source des matières non compostables tels que le verre, le plastique,... , en vue de leur valorisation organique.

Biodégradable

Un produit est dit biodégradable si, une fois consommé, il peut être décomposé (totalement ou partiellement) par des organismes vivants. La capacité de l’écosystème à absorber les produits biodégradables est limitée, créant ainsi un risque d’engorgement.

Biogaz

Gaz produit par la dégradation de la matière organique en absence d’oxygène. Le biogaz comprend du méthane (50 à 65%), du gaz carbonique (35 à 40 %) et d’autres gaz à l’état de traces. Il peut servir au fonctionnement énergétique de l’unité ou, après épuration, de carburant pour des véhicules adaptés, ou encore être intégré à un réseau de distribution de gaz naturel. À l’heure actuelle, deux utilisations sont éprouvées industriellement : combustion dans une chaudière (chauffage) ou dans un moteur produisant soit de l’électricité, soit de la chaleur et de l’électricité en cas de cogénération.

BTP

Bâtiments et Travaux Publics

Haut de page
C

C.E.S.I.

Chauffe-Eau Solaire Individuel.

C.N.D.D.

Conseil National du Développement Durable. Il rassemble une centaine de membres, issus des collectivités territoriales, des entreprises et de la société civile organisés en groupes de travail chargés de faire des propositions concrètes au gouvernement en matière de développement durable.


Caloporteur

Fluide utilisé pour les transferts d’énergie calorifique lors d’un processus thermique. Pour les systèmes de chauffage, fluide en mouvement qui reçoit de la chaleur en un point de son circuit, et en cède à un autre point.

CAPEB

Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment. Syndicat professionnel qui a pour but de promouvoir, défendre, représenter les intérêts matériels et moraux des entreprises artisanales du bâtiment.

Capteur solaire thermique

Coffre rigide et vitré au sein duquel une plaque et des tubes métalliques noirs (absorbeur) reçoivent le rayonnement solaire pour chauffer un liquide caloporteur. S’ils sont intégrés ou incorporés en toiture, ils assurent aussi une fonction de couverture du bâtiment.

CCIP

Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris

CEA

Commissariat à l’Energie Atomique.

Acteur majeur en matière de recherche, de développement et d’innovation, le CEA intervient dans trois grands domaines :

- l’énergie,

- les technologies pour l’information et la santé,

- la défense et la sécurité.

en s’appuyant sur une recherche fondamentale d’excellence.

Cellule photovoltaïque

Composant électronique semi-conducteur dans lequel l’absorption des photons libère des électrons chargés négativement et des "trous" chargés positivement. Ces charges électriques sont séparées par un champ électrique interne et collectées par une grille à l’avant et un contact à l’arrière. La cellule photovoltaïque est un générateur électrique élémentaire.

Centrale hydraulique (ou usine hydroélectrique)

Ensemble des installations, turbines… destiné à la fabrication de l’électricité. L’usine peut être implantée en pied de barrage ou reliée au barrage par une conduite forcée.

L’hydraulique

Centrale thermique

Ensemble d’unités de production d’énergie électrique qui utilise la chaleur dégagée par la combustion du charbon, du gaz ou du fioul, par opposition aux centrales thermiques nucléaires qui exploitent la chaleur produite par la fission de l’atome. Cette chaleur sert à transformer l’eau en vapeur, dont la détente fait tourner une turbine entraînant un alternateur produisant de l’électricité.

Centrale thermique nucléaire

Ensemble d’unités de production d’énergie électrique qui utilise la chaleur dégagée par la fission de l’atome dans un réacteur. Son principe de fonctionnement est identique à celui des centrales thermiques "classiques". Seul le combustible utilisé et la technologie mise en œuvre sont spécifiques.

Il existe différents types de centrales thermiques nucléaires en France :

- à uranium naturel/graphite-gaz (déclassées),

- à eau ordinaire (ou légère),

- à eau lourde (déclassée),

- à neutrons rapides.

Les centrales à eau ordinaire sont les plus répandues dans le monde, en particulier celles qui utilisent la filière à eau pressurisée (en abrégé REP : réacteur à eau pressurisée ou PWR : pressurized water reactor).

Centre de stockage des Déchets (CSD)

Lieu de stockage permanent de déchets aussi communément appelé décharge. On distingue :

- la "Classe 1" recevant des Déchets Industriels Dangereux ;

- la "Classe 2" recevant des déchets ménagers et assimilés ;

- la "Classe 3 " recevant des déchets inertes, gravats et déblais.

Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB)

Avec, pour finalité, l’amélioration du bien-être et de la sécurité dans les bâtiments et leur environnement, le CSTB exerce quatre métiers complémentaires : recherche, ingénierie innovante, évaluation de la qualité et diffusion du savoir. Associés à ses domaines d’expertise, ils lui permettent une approche globale du bâtiment, élargie à son environnement urbain, aux services et aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Centres de tri

Installations qui permettent d’effectuer un tri industriel et un conditionnement des déchets. Il s’agit du lieu où sont acheminés les déchets provenant des collectes sélectives et où ont lieu les opérations de tri et de conditionnement des matériaux avant leur recyclage. On distingue les différentes étapes successives en centre de tri : la réception, la zone de stockage amont, le tri, le stockage intermédiaire, le conditionnement, le stockage aval, l’enlèvement des matériaux conditionnés, les refus de tri.

CET

Centre d’enfouissement Technique

Changement climatique

Désigne de lentes variations des caractéristiques climatiques en un endroit donné, au cours du temps : réchauffement ou refroidissement. Certaines formes de pollution de l’air, résultant d’activités humaines, menacent de modifier sensiblement les climats, dans le sens d’un réchauffement global. Ce phénomène peut entraîner des dommages importants : élévation du niveau des mers, accentuation des événements climatiques extrêmes (sécheresses, inondations, cyclones, ...), déstabilisation des forêts, menaces sur les ressources d’eau douce, difficultés agricoles, désertification, réduction de la biodiversité, extension des maladies tropicales, etc.

Changement climatique (définition 2)

Le développement des activités humaines accroît l’effet de serre, avec pour conséquence une augmentation de la température à la surface du globe et un risque d’importants changements climatiques sur la planète. La communauté internationale a pris conscience de l’enjeu et élabore des mesures pour lutter contre ce phénomène.

D’un phénomène physique naturel à un danger potentiel pour la planète :

L’effet de serre est un phénomène physique naturel. Présents en petite quantité dans l’atmosphère, certains gaz comme le gaz carbonique ou le méthane retiennent une large part du rayonnement solaire. Ils permettent ainsi le maintien sur Terre d’une température moyenne d’environ 15°C.

Mais le développement économique, historiquement fondé sur l’utilisation de sources d’énergies fossiles (charbon, pétrole…), a entraîné des émissions croissantes de ce type de gaz, appelés "gaz à effet de serre".

Conséquence : la température à la surface du globe augmente de façon très rapide. Depuis le début du XXe siècle, elle s’est accrue de 0,6°C et pourrait prendre de 1,4 à 5,8°C supplémentaires au XXIe siècle. Cette hausse serait alors beaucoup plus importante que toutes celles survenues au cours des 10 000 dernières années. Ce réchauffement risque à son tour d’entraîner d’importantes modifications climatiques. Il pourrait par exemple rendre plus fréquents les phénomènes météorologiques extrêmes (tempêtes, inondations, canicules…).

Charbon de bois

Il est obtenu en carbonisant du bois de manière contrôlée en l’absence d’oxygène. Le procédé permet de retirer du bois, son humidité et toute matière végétale volatile afin de ne laisser que le carbone.

Chaudière

système générateur de vapeur d’eau ou d’eau chaude servant à la production d’énergie, au chauffage.

Chaudière à bois à alimentation automatique

Chaudière dont l’approvisionnement en biocombustible s’effectue sans intervention manuelle, grâce à une vis sans fin, un piston-poussoir…

Chaudière à bois à alimentation manuelle

Chaudière à bûches dont le chargement doit s’effectuer manuellement, tous les jours généralement.

Chaudière à Condensation

Lors de la combustion, se produit de la vapeur d’eau. Les chaudières à condensation récupèrent la chaleur produite par cette vapeur d’eau pour préchauffer l’eau des radiateurs. Ce qui peut augmenter le rendement de 10 à 15 % et favoriser de sérieuses économies. Le rendement moyen des chaudières à condensation est de 93 %, pouvant atteindre jusqu’à 100 %.

Chauffage central

Distribution de chaleur dans les appartements d’un immeuble ou dans les pièces d’une maison à partir d’une source unique par le biais d’un réseau d’eau chaude ou d’air chaud.

Chauffage par accumulation

L’accumulation équipe certains émetteurs de chaleur électriques indépendants. Le principe : des briques réfractaires ou de l’eau sont chauffées dans une enceinte isolante. La chaleur stockée est ensuite diffusée dans la pièce par rayonnement continu. Technologiquement améliorée, l’accumulation est intéressante lorsqu’on choisit l’abonnement Tarif Heures creuses d’EDF. En effet, le bloc accumulateur se met en charge durant les heures creuses (la nuit) et restitue les calories durant les heures pleines (le jour). Les accumulateurs nouvelle génération sont équipés d’une régulation électronique et d’une programmation. L’accumulation est une alternative aux panneaux radiants ou aux convecteurs.

Chauffage urbain

Chauffage des immeubles à partir de centrales qui alimentent, par un réseau de canalisations, des zones urbaines entières.

Chauffe-eau solaire ou CESI

Il peut couvrir la quasi-totalité des besoins en eau chaude d’un pavillon. Il fonctionne généralement avec un ballon de stockage qui doit être situé au plus près des capteurs solaires généralement placés sur le toit.

Chauffe-eau thermodynamique

Système équipé d’une pompe à chaleur autonome, pour produire de l’eau chaude sanitaire.

Chaufferie

Local ou bâtiment dans lequel est installé une ou plusieurs chaudières.

Climat

Ensemble des éléments météorologiques qui caractérisent les conditions moyennes et extrêmes de l’atmosphère sur une longue période de temps, sur une région donnée de la surface du globe.

Climatisation

Système permettant de créer ou de maintenir dans des conditions déterminées la température, voire l’humidité, dans une pièce.

Climatiseur

Désigne un appareil servant à climatiser l’air d’un volume, en le refroidissant et en le déshumidifiant. Les trois principaux composants d’un climatiseur sont un condenseur, un compresseur et un évaporateur.

CO2 (Gaz Carbonique)

Gaz carbonique appelé aussi dioxyde de carbone. Produit en excès par la combustion des ressources fossiles, il s’accumule dans l’atmosphère depuis les débuts de l’ère industrielle provocant le réchauffement de la planète.

CO2 équivalence

Méthode de mesure des émissions de gaz à effet de serre qui prend en compte le pouvoir de réchauffement de chaque gaz relativement à celui du CO2.

Coefficient de performance (COP)

C’est le rapport entre l’énergie utile (la chaleur délivrée par la PAC ou pompe à chaleur) et l’énergie fournie (l’énergie électrique pour entraîner le compresseur)

COP = énergie utile / énergie fournie (/ : divisée par)

Cogénération

Production conjointe, dans la même installation et en même temps (à partir de gaz naturel, de fioul ou de toute forme d’énergie locale ou liée à la valorisation des déchets) de chaleur utilisée pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire et d’électricité.

Cette production combinée permet de réduire les pertes d’énergie de manière significative.

Colombage

Les "maisons à colombages" désignent un mode de construction traditionnel : la structure est apparente et agrémentée d’un torchis. Le terme "colombage" désigne l’ensemble des poteaux placés verticalement dans ce type de réalisation.

Comble

Structure qui comprend la charpente et sa couverture. Désigne également le volume compris entre le plancher haut et la toiture.

Comburant

Substance capable d’entretenir la combustion d’un combustible.

Combustible

Matière (charbon, pétrole, bois,etc) dont la combustion produit une quantité de chaleur utilisable.

Combustible fossile

Désigne des composés issus de la décomposition sédimentaire des matières organiques (fossilisés) tout au long des temps géologiques : tourbe, charbon, pétrole, lignite. Leur combustion pour production d’énergie est la source de rejets dans l’atmosphère du dioxyde de carbone fixé par les plantes pendant des millénaires ce qui permis de constituer l’atmosphère actuelle.

Combustion

Réaction chimique qui unit un combustible avec l’oxygène, elle produit de l’énergie calorifique.

Combustion du bois

Réaction chimique d’oxydation d’un corps avec dégagement de chaleur. La combustion du bois se fait en quatre phases : séchage, pyrolyse/gazéification, oxydation des gaz et combustion du résidu charbonneux.

Compresseur

Appareillage destiné à la production d’air comprimé permettant le fonctionnement des outils pneumatiques.

Condensation

Phénomène par lequel un gaz, une vapeur, diminue de volume et augmente de densité

Condenseur

Désigne un échangeur thermique au sein duquel le fluide thermodynamique gazeux à haute pression se liquéfie en cédant de la chaleur au milieu à traiter ou au fluide caloporteur. Permet de faire le vide dans certaines installations.

Conduction

Désigne le transport de chaleur d’un point à un autre sans déplacement de matière, contrairement à la convection.

Conseil National du Développement Durable (CNDD)

Conseil National du Développement Durable. Il rassemble une centaine de membres, issus des collectivités territoriales, des entreprises et de la société civile organisés en groupes de travail chargés de faire des propositions concrètes au gouvernement en matière de développement durable.

Consommation d’énergie finale

Quantité d’énergie disponible pour l’utilisateur final. Elle permet de suivre le taux de pénétration des différentes énergies.

Consommation d’énergie primaire

Consommation finale totale plus la consommation nécessaire à la production de cette énergie. Elle permet de mesurer le taux d’indépendance énergétique.

Consommation durable

La notion de « consommation durable » constitue une déclinaison du concept de développement durable adapté aux actes de consommation de la vie quotidienne. La consommation de milliards d’individus a une incidence très forte sur les milieux naturels et les sociétés humaines : la raréfaction de la ressource en eau, la production grandissante de déchets ménagers ou l’augmentation des émissions de carbone sont la conséquence directe de nos modes de consommation, notamment dans le monde occidental. La consommation durable est une consommation responsable qui s’efforce d’inverser les modes de consommation écologiquement et éthiquement non viables et de privilégier ceux qui le sont. L’objectif est double : limiter les effets négatifs de la consommation sur l’environnement et inciter les offreurs à proposer sur le marché de nouveaux biens plus respectueux des milieux naturels et des droits économiques et sociaux de ceux qui participent à leur production. Le consommateur est donc un acteur clé du développement durable. Au quotidien, la consommation durable est un acte très concret. Il s’agit de privilégier les produits et services les plus respectueux de l’environnement : opter pour du matériel électroménager consommant moins d’énergie, moins d’eau, orienter ses achats vers une alimentation moins industrialisée, préférer les transports publics aux déplacements individuels, etc…Il s’agit également de valoriser les démarches d’entreprises qui agissent en faveur des droits sociaux fondamentaux : absence de relations commerciales avec des fournisseurs qui recourent au travail des enfants, sélection de produits ou services issus du commerce équitable, etc… La consommation durable n’est pas synonyme de consommation écologique car elle inclut aussi les dimensions sociales du développement durable.

Convecteur

Appareil de chauffage électrique qui répand l’air chaud par convection (l’air chaud sort par une sortie frontale ou latérale). Les convecteurs radiants irradient directement la chaleur. Programmables de façon indépendante.

Convection

Phénomène naturel de transport d’une grandeur physique dans un fluide par le déplacement de l’ensemble de ses molécules. La convection est à l’origine des courants marins ou de déplacements de masses d’air chaud en altitude. Ainsi le chauffage par convection (convecteur) qui par opposition au chauffage par radiation (radiateur) permet de mieux répartir la chaleur dans un local. L’air froid passe à travers une grille chaude qui le réchauffe créant une circulation d’air dans la pièce et en harmonise ainsi la température.

COP (Coefficient de performance)

C’est le rapport entre l’énergie utile (la chaleur délivrée par la PAC) et l’énergie fournie (l’énergie électrique pour entraîner le compresseur)

COP = énergie utile / énergie fournie (/ : divisée par)

Plus le chiffre du cop est élevé plus le rendement est important.

Copropriété

Un immeuble est constitué de parties communes et privatives. La copropriété gère et réglemente les parties communes.

Cornière

Barre métallique pour la toiture, composée de 2 lames (ailes) assemblées en L, T, ou en V et servant à différents usages renforcement d’assemblages).

Couche d’ozone

La concentration la plus importante d’ozone (90 %) forme une couche qui débute entre 8 et 18 kilomètres (5 et 11 miles) au-dessus de la surface de la Terre et qui se termine à environ 50 kilomètres (30 miles). Cette section de l’atmosphère porte le nom de stratosphère. L’ozone qui se trouve dans cette région forme ce que l’on appelle communément la couche d’ozone. Le reste de la concentration d’ozone se situe dans la basse atmosphère que l’on appelle communément la troposphère.

Courant électrique alternatif

Un courant électrique est dit alternatif lorsqu’il circule alternativement dans une direction puis dans l’autre à intervalles réguliers appelés cycles. Il est produit par la rotation d’un alternateur.

COV

Ensemble de polluants atmosphériques constitué d’une multitude de substances d’origine naturelle ou humaine, toujours composés de l’élément carbone et d’autres éléments tels que l’hydrogène, les halogènes, l’oxygène, le soufre…

Définition également reprise dans la Directive du 11 mars 1999 (relative à la réduction des émissions de composés organiques volatils dues à l’utilisation de solvants organiques dans certaines activités et installations).

Le butane, le propane, l’éthanol et les solvants dans les peintures sont parmi les COV les plus courants dans l’air. Ils ont des effets connus sur la santé, à court terme (irritation des yeux, de la gorge, gène respiratoire) et à long terme (cancérigènes comme le benzène et le formaldéhyde).


Haut de page
D

D.D.E.

Direction Départementale de l’Equipement. Impliquée dans les problèmes et les réalités d’aujourd’hui, la DDE cherche en permanence à anticiper les enjeux de demain. Elle est ainsi le regard prospectif de l’Equipement en région. La Direction Départementale de l’Equipement, service déconcentré du Ministère de l’Equipement, des Transports et du Logement exerce des missions de : maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’œuvre, conduite d’opération, études techniques, travaux d’entretien, conseil, expertise, contrôle.

D.P.E.

Diagnostic de Performance Energétique. Ce diagnostic a pour but d’informer propriétaires ou locataires sur le niveau de consommation énergétique de leur logement et d’émettre des recommandations pour les améliorer.

DA

Déchets Agricoles

DBEC

Déchets Banals des Entreprises du Commerce

Déchets radioactifs

Matières radioactives inutilisables provenant de centres médicaux, de laboratoires ou de l’industrie nucléaire. Les déchets radioactifs sont classés selon deux caractéristiques : le niveau d’activité et la durée de demi-vie. Le niveau d’activité donne une indication sur le niveau de l’intensité du rayonnement radioactif à un moment donné et donc sur leur "dangerosité" potentielle. Quatre niveaux sont définis : très faible activité, faible activité, moyenne activité et haute activité. La durée de demie-vie permet de déduire la durée de dangerosité potentielle du déchet. En effet, la radioactivité diminue régulièrement dans le temps. Cette décroissance se fait rapidement pour les déchets à vie courte ou de façon beaucoup plus lente pour les déchets de longue durée de vie. Trois niveaux sont utilisés : vie très courte pour les déchets dont la radioactivité est divisée par deux en cent jours ou moins, vie courte pour ceux dont la radioactivité est divisée par deux en moins de trente ans et vie longue pour ceux dont la radioactivité est divisée par deux en trente ans et plus.

Déchets verts

Matières végétales issues de l’exploitation, de l’entretien ou de la création de jardins ou d’espaces verts publics et privés ainsi que les déchets organiques des activités horticoles professionnelles ou municipales, à l’exception des supports de culture.

Une partie de ces déchets verts, ceux des ménages, sont inclus dans les déchets encombrants et les ordures ménagères. En revanche tous les déchets verts ne sont pas des déchets municipaux ; En effet ceux-ci ne comprennent pas les déchets verts des entreprises.

Déchet ultime

Déchet, résultant ou non du traitement d’un déchet, qui n’est plus susceptible d’être traité dans les conditions techniques et économiques du moment, notamment par extraction de la part valorisable ou par la réduction de son caractère polluant ou dangereux".

Source : Loi du 13 juillet 1992 (modifiant la loi de juillet 1975).

   

L’interprétation de cette définition a été précisée pour les déchets ménagers par la circulaire du 28/04/98, émanant du Ministère en charge de l’environnement et relative à la réorientation des plans départementaux. En pages 12 et 13, la circulaire redéfinit la notion de déchets ultimes. Les déchets ultimes sont les déchets dont on a extrait la part récupérable ainsi que divers éléments polluants : piles et accumulateurs, etc. Ils sont la conséquence des objectifs définis en concertation par les concepteurs de plans "avec une forte implication des communes et de l’ensemble des partenaires socio-économiques". Cette notion est évolutive. Depuis juillet 2002, seul le déchet ultime peut être mis en décharge.

Déchet vert

Désigne un déchet végétal résultant de l’entretien et du renouvellement des espaces verts publics et privés (parcs et jardins, terrains de sports,…). Le brûlage est interdit, ainsi que le dépôt sauvage, pouvant entraîner une pollution des sols. Une des voies de valorisation les plus intéressantes reste le compostage sur plate-forme, pouvant relever de la réglementation sur les installations classées (ICPE).

DEEE

Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques

DEM

Déchets d’Emballages Ménagers

Développement durable

Il s’agit d’un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Appliqué à l’économie, il intègre trois dimensions : économique (efficacité, rentabilité), sociale (responsabilité sociale) et environnementale (impact sur l’environnement).   

Le « développement durable » est, selon la définition proposée en 1987 par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement dans le Rapport Brundtland : « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion : le concept de " besoins ", et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité, et l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir. »  

Autrement dit, il s’agit d’affirmer une double identité :

- Dans l’espace : chaque habitant de cette terre a le même droit humain aux ressources de la Terre ;

- Dans le temps : nous avons le droit d’utiliser les ressources de la Terre mais le devoir d’en assurer la pérennité pour les générations à venir.

L’environnement apparaît en effet à partir des années 1970 comme un patrimoine mondial essentiel à transmettre aux générations futures et le philosophe Hans Jonas a exprimé cette préoccupation dans son livre Le Principe responsabilité (1979). Au deuxième Sommet de la Terre, à Rio de Janeiro en 1992, la définition Brundtland, axée prioritairement sur la préservation de l’environnement et la consommation prudente des ressources naturelles non renouvelables, sera modifiée par la définition des « trois piliers » qui doivent être conciliés dans une perspective de développement durable : le progrès économique, la justice sociale et la préservation de l’environnement.

Le terme de « développement » complète la notion de progrès, qui au XIXe siècle, s’est construite autour du progrès industriel, et qui pouvait avoir des connotations idéologiques (idéologie du progrès).

Au delà de ses aspects communicationnels, le développement durable correspond, avec la mondialisation et l’internet, à une nouvelle vision du monde.

DGEMP

La DGEMP (Direction Générale de l’Énergie et des Matières Premières) définit et met en œuvre la politique énergétique de la France et d’approvisionnement en matières premières minérales.

Dans ces secteurs, ses missions peuvent être regroupées autour de six axes :

- l’ouverture des marchés de l’énergie, notamment électrique et gazière ;

- le suivi des secteurs clés de l’énergie et des matières premières ;

- la tutelle des entreprises et établissements publics ;

- les contrôles et missions régaliennes ;

- les travaux au plan international et communautaire ;

- l’expertise économique.

DI

Déchets Industriels

Diagnostic de Performance Énergétique ou DPE

Diagnostic de Performance Energétique. Ce diagnostic a pour but d’informer propriétaires ou locataires sur le niveau de consommation énergétique de leur logement et d’émettre des recommandations pour les améliorer.

DIB

Déchets Industriels Banals

DID

Déchets Industriels Dangereux

DIDEME

La DIDEME (DIrection de la DEmande et des Marchés Énergétiques) est placée sous l’autorité de la DGEMP (voir définition).

Ces missions consistent notamment à :

- veiller au bon fonctionnement des services publics de l’électricité et du gaz et de la distribution collective de chaleur,

- définir la politique concernant l’électricité, le transport et la distribution de gaz combustibles, de produits pétroliers et combustibles solides,

- proposer des mesures favorisant le bon fonctionnement des marchés, la maîtrise de la demande et de la diversification des énergies et le recours aux énergies renouvelables,

- élaborer la réglementation et l’animation du contrôle technique applicables aux ouvrages et installations,

- traiter les problèmes statutaires et sociaux des entreprises électriques et gazières.

Dioxine

Hydrocarbure halogéné et aromatique que l’on trouve dans l’environnement, généralement sous forme de mélanges de PCDD, PCDF et PCB. En fonction de leur type et du degré d’exposition, elles peuvent avoir des effets nuisibles pour la santé. La toxicité des dioxines est surtout connue pour leurs effets cancérigènes. Ce sont des polluants ubiquitaires très stables. Ils sont formés lors des processus de combustion de nombreuses activités industrielles comme la fonderie, la métallurgie, le blanchiment de la pâte à papier, la fabrication de certains herbicides et pesticides et l’incinération des déchets.

Dioxyde d’azote

Appellation courante du gaz de formule chimique NO2.

Il se forme dans l’atmosphère à partir du monoxyde d’azote (NO) qui se dégage essentiellement lors de la combustion de combustibles fossiles, dans la circulation routière, par exemple. Le dioxyde d’azote se transforme dans l’atmosphère en acide nitrique, qui retombe au sol et sur la végétation. Cet acide contribue, en association avec d’autres polluants, à l’acidification des milieux naturels.

Dioxygène

Molécule de formule chimique O2, le dioxygène est un gaz indispensable à la vie que ce soit sur terre ou dans l’eau. Le dioxygène est nécessaire à la respiration des êtres vivants.

Direction de la Demande et des Marchés Énergétiques

La Direction de la Demande et des Marchés Énergétiques (DIDEME) est placée sous l’autorité de la DGEMP (voir définition).

Ces missions consistent notamment à :

- veiller au bon fonctionnement des services publics de l’électricité et du gaz et de la distribution collective de chaleur,

- définir la politique concernant l’électricité, le transport et la distribution de gaz combustibles, de produits pétroliers et combustibles solides,

- proposer des mesures favorisant le bon fonctionnement des marchés, la maîtrise de la demande et de la diversification des énergies et le recours aux énergies renouvelables,

- élaborer la réglementation et l’animation du contrôle technique applicables aux ouvrages et installations,

- traiter les problèmes statutaires et sociaux des entreprises électriques et gazières.

Direction Générale de l’Énergie et des Matières Premières

La Direction Générale de l’Énergie et des Matières Premières (DGEMP) définit et met en œuvre la politique énergétique de la France et d’approvisionnement en matières premières minérales.

Dans ces secteurs, ses missions peuvent être regroupées autour de six axes :

- l’ouverture des marchés de l’énergie, notamment électrique et gazière ;

- le suivi des secteurs clés de l’énergie et des matières premières ;

- la tutelle des entreprises et établissements publics ;

- les contrôles et missions régaliennes ;

- les travaux au plan international et communautaire ;

- l’expertise économique.

Direction Régionale de l’Industrie de la Recherche et de l’Environnement

La Direction Régionale de l’Industrie de la Recherche et de l’Environnement (DRIRE) est un service placé sous l’autorité du Ministère chargé de l’Industrie. Ses missions sont diverse et couvrent ces différents domaines :

- Aide aux entreprises,

- Véhicules,

- Métrologie,

- Appareils à pression,

- Environnement,

- Sous-sol, mines, carrières et eau minérale,

- Energie,

- Développement Durable.

DIS

Déchets Industriels Spéciaux

DMA

Déchets Ménagers et assimilés

DMS

Déchets Ménagers Spéciaux

Domotique

Ensemble des procédés qui permettent de commander à distance des équipements. Ainsi une commande de chauffage par téléphone, Minitel ou Internet, la possibilité d’éclairer à distance une ou plusieurs pièces.

La domotique regroupe l’ensemble des techniques et technologies permettant de superviser, d’automatiser, de programmer et de coordonner les tâches de confort, de sécurité, de maintenance et plus généralement de services dans l’habitat individuel ou collectif.

Double vitrage

Composé de deux vitrages avec une lame d’air au milieu.

DPE (Diagnostic de Performance Énergétique)

le DPE ou Diagnostic de Performance Energétique. Ce diagnostic a pour but d’informer propriétaires ou locataires sur le niveau de consommation énergétique de leur logement et d’émettre des recommandations pour les améliorer.

DRIRE

La DRIRE (Direction Régionale de l’Industrie de la Recherche et de l’Environnement) est un service placé sous l’autorité du Ministère chargé de l’Industrie. Ses missions sont diverse et couvrent ces différents domaines :

- Aide aux entreprises,

- Véhicules,

- Métrologie,

- Appareils à pression,

- Environnement,

- Sous-sol, mines, carrières et eau minérale,

- Energie,

- Développement Durable.

DU

Déchet Urbain

DV

Déchet Vert


Haut de page
E

 

E.C.S. (Eau chaude sanitaire)

Eau potable utilisée au quotidien aussi bien pour la toilette que pour la cuisine ou les besoins ménagers. La production d’eau chaude sanitaire peut être indépendante ou liée au chauffage.

E.E.

Economie d’Energie

Eau brute

Eau prélevée dans les cours d’eau et ou nappes d’eau souterraines

Eau Chaude Sanitaire (ECS)

Eau potable utilisée au quotidien aussi bien pour la toilette que pour la cuisine ou les besoins ménagers. La production d’eau chaude sanitaire peut être indépendante ou liée au chauffage.

Eaux de pluie efficace

la quantité d’eau de pluie qui vient remplir, recharger les nappes phréatiques

Eco-bilan ou ecobilan

Processus d’analyse des impacts environnementaux d’un produit : extraction et transformations des matières premières, impacts des habitudes de consommation, fin de vie du produit, etc. Il peut déboucher sur une Analyse du Cycle de Vie (ACV).

Ecoconception ou éco-conception

Désigne une démarche globale, centrée sur le produit, qui consiste à prendre en compte des critères environnementaux dès la phase de conception d’un produit. Cette démarche concerne l’ensemble des phases du cycle de vie du produit, c’est-à-dire de l’extraction des matières premières à la production, en passant par sa distribution, son utilisation et sa fin de vie (recyclage).

C’est une approche préventive et multicritère des problèmes environnementaux : eau, air, sol, bruit,

déchets, matières premières, énergie, etc. L’objectif principal de la démarche est de diminuer quantitativement et/ou qualitativement les impacts d’un produit ou d’un service, tout en conservant ses qualités et ses performances intrinsèques. L’éco-conception vise :

- à évaluer les principaux impacts d’un produit ou d’un service grâce à différentes méthodologies et divers outils ;

- à minimiser ces impacts par différentes mesures : changement de matériaux, meilleure efficacité énergétique, recyclabilité des matériaux, reprise des produits en fin de vie.

Écoconstruction

Construction à caractère écologique, respectant essentiellement l’environnement : intégration douce dans le paysage, déchets minimisés et non toxiques, énergies renouvelables favorisées.

Écolabel

Labellisation officielle de produits présentant des avantages écologiques comme c’est le cas pour certaines peintures, colles, filtres à café, sacs poubelles, ... L’attribution est un exercice délicat qui doit théoriquement s’appuyer sur un écobilan et une analyse du cycle de vie du produit. Elle peut-être accordée à partir d’un seul critère ou d’analyse multicritères.

En France on retrouve l’ecolabel NF environnement.

Economie solidaire

Elle privilégie les actions sociales et environnementales par rapport aux objectifs commerciaux et financiers : la micro finance (le crédit de solidarité), les systèmes d’échange locaux, l’épargne ou l’investissement solidaire, le commerce équitable, les entreprises d’insertion font partie de l’économie solidaire.

Ecoproduit

A service rendu identique, l’écoproduit est un produit qui est source de moins d’impacts sur l’environnement, tout au long de son cycle de vie, que d’autres produits d’usage similaire : il s’agit donc d’une notion relative.

Éco-quartier

un Éco-quartier est un quartier urbain, conçu de façon à minimiser son impact sur l’environnement, visant généralement au moins une autonimie énergétique et cherchant à diminuer son empreinte écologique et/ou rembourser sa dette écologique.

Eco-responsabilité

L’éco-responsabilité consiste à intégrer les préoccupations environnementales et sociales dans la gestion du patrimoine et le fonctionnement des administrations publiques. La crédibilité de la dynamique engagée par la Stratégie nationale de développement durable nécessite que l’Etat s’applique à lui-même les démarches qu’il entend promouvoir auprès des autres acteurs. Ainsi, l’Etat doit veiller à prendre en compte les impacts économiques, sociaux et environnementaux de chacune de ses actions.

Ecosystème

Système au sein duquel il existe des échanges cycliques de matières et d’énergie, dus aux interactions entre les différents organismes présents et leur environnement. C’est l’ensemble des êtres vivants et des éléments non-vivants, aux nombreuses interactions d’un milieu naturel. L’écosystème se caractérise essentiellement par des relations d’ordre bio physico-chimique. On parle d’écosystème aquatique, d’écosystème montagnard, etc.

Une perturbation de l’écosystème est une modification rapide d’un ou plusieurs paramètres conduisant à une rupture dans l’équilibre écologique. Ces variations peuvent être :

- Biologiques : apport ou disparition important d’organismes constituant la biocénose

- Physiques : modification de facteurs abiotiques tels que le pH, la température.

- Chimiques : pollutions diverses.

On retiendra comme principaux perturbateurs : les hydrocarbures, les antibiotiques, les détergents, les pesticides, les matières minérales, les métaux lourds, etc

Effet de serre

Phénomène naturel qui permet la vie sur Terre. Sans cela, la surface terrestre aurait une température moyenne de -18°C au lieu de +15°C. L’effet de serre naturel de notre atmosphère est donc un phénomène bénéfique. L’effet de serre fonctionne de la manière suivante : le soleil envoie en direction de la Terre des rayons, qui réchauffent la surface de notre planète. La Terre ré-émet elle-même cette énergie sous forme de rayons infrarouges. Les gaz à effet de serre, présents dans l’atmosphère, arrêtent et absorbent cette énergie, amenant un réchauffement supplémentaire. Ce sont les activités humaines, entraînant une augmentation sans précédent de la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, qui sont dangereuses. Il en résulte un réchauffement additionnel de la surface de la Terre, ayant des conséquences sur le climat.

Efficacité énergétique

capacité à produire autant ou plus (de chaleur par exemple) avec moins d’énergie.

Efficacité thermique

L’efficacité thermique traduit la capacité du récupérateur à réaliser un échange thermique entre l’air rejeté et l’air neuf admis.

Electricité primaire

Electricité d’origine nucléaire

Empreinte écologique

Outil de mesure de la pression qu’exerce l’homme sur la nature. Elle évalue la surface productive nécessaire à une population pour répondre à sa consommation de ressources et à ses besoins d’absorption de déchets. La surface productive disponible par personne est de 2 hectares. Or, l’empreinte écologique mondiale moyenne est de 2.9 hectares par personne.

Energie

Grandeur physique nécessaire à la réalisation d’un travail (mécanique, chimique, ...) matérialisée sous différentes formes d’énergie : calorifique ou thermique (chaleur), électrique (électricité), mécanique, chimique. Son origine peut-être fossile (charbon, pétrole, gaz, uranium), renouvelable (vent, soleil, bois, eau chaude, biomasse, hydraulique, marées), ... .

Énergie dérivée ou secondaire

Toute énergie obtenue par la transformation d’une énergie primaire (en particulier électricité d’origine thermique).

Énergie durable

Désigne une forme d’énergie dont l’exploitation continue n’est pas nuisible à l’humanité.

Énergie finale

le fioul, l’électricité, l’essence, etc…. que nous consommons tous les jours sont de énergies finales c’est à dire qu’elles ne se rencontrent pas à l’état naturel mais qu’elles sont issues d’un processus de fabrication par transformation d’énergies primaires comme le charbon, le vent, l’énergie éolienne ou solaire, l’uranium, le pétrole, etc.

Énergie fossile

Désigne l’énergie produite à partir de composés issus de la décomposition sédimentaire des matières organiques, c’est à dire principalement composé de carbone(pétrole, charbon, gaz naturel…). La combustion des énergies fossiles est la principale source d’émissions des gaz à effet de serre au niveau mondial.

Energie géothermique

énergie extraite des eaux ou de la vapeur d’eau présentes dans certaines zones.

Énergie nucléaire

Désigne l’énergie produite par les réacteurs des centrales nucléaires au sein desquels une réaction en chaîne (fission nucléaire avec l’uranium comme matériau fissile) est contrôlée.

Énergie primaire

Ensemble des produits énergétiques non transformés, exploités directement ou importés tels que pétrole brut, schistes bitumineux, gaz naturel, combustibles minéraux solides, biomasse, énergie solaire, énergie hydraulique, énergie éolienne, géothermie, énergie nucléaire.

Énergie secondaire ou dérivée

Toute énergie obtenue par la transformation d’une énergie primaire (en particulier électricité d’origine thermique).

Énergie verte

ésigne l’énergie qui est produite à partir de sources d’énergies renouvelables (solaire, hydraulique, éolienne, géothermique ou biomasse) et de cogénération de qualité : production combinée de chaleur et d’électricité permettant une efficacité énergétique plus élevée.

Énergy star

Label indiquant qu’un moniteur est équipé d’un processeur qui réduit la consommation d’énergie quand l’écran n’est pas utilisé pendant un certain temps.

Enerplan

Association professionnelle de l’énergie solaire.

Cette association agit pour la promotion et le développement de l’énergie solaire et la représentation d’un secteur en plein développement.

Enerplan regroupe l’ensemble de l’offre industrielle et commerciale solaire en France. Pour le solaire thermique comme pour le photovoltaïque, Enerplan travaille en partenariat avec l’ADEME, les pouvoirs publics et les autres organisations professionnelles.

Enfouissement

Stockage dans le sol. Selon leurs caractères polluants, les déchets sont orientés vers des classes différentes de CSDU. Les lixiviats (voir définition) sont récupérés et traités avant rejet. Selon la nature, la quantité et les objectifs de traitements, différents procédés sont utilisés : traitements biologiques, chimiques, physico-chimiques, séparations par membrane, concentration. Le biogaz est capté et brûlé en torchère ou valorisé par la production de chaleur, d’électricité, de carburant.

Etanchéité

Désigne l’état de ce qui est étanche donc impénétrable par un liquide : voile d’étanchéité, barrage, bassin de rétention.

Étiquette énergie

Conçue par la commission européenne en 1994, elle indique la consommation électrique et les performances (lavage, séchage, volume….) des appareils électroménagers et des lampes. L’étiquette énergie constitue une véritable fiche d’identité de l’appareil et vous guide pour vous permettre de réaliser des économies en vous indiquant la catégorie énergétique des appareils : de A le plus économique à G le plus gourmand en kWh.

Elle peut aussi inclure des critères facultatifs comme le niveau sonore.

Evaporateur

Désigne un échangeur thermique dans lequel le fluide thermodynamique liquide à basse pression est vaporisé par la chaleur extraite de la source ou du fluide primaire. Appareil utilisé, notamment en sucrerie, pour évaporer l’eau des jus en provenance de diffuseurs, afin de les concentrer ou en traitement des eaux.

Evaporation

Transformation d’un liquide en vapeur par sa surface libre


 

Haut de page
F

F.F.B.

Fédération Française du Bâtiment

Fluide caloporteur

Fluide utilisé pour les transferts d’énergie calorifique lors d’un processus thermique. Pour les systèmes de chauffage, fluide en mouvement qui reçoit de la chaleur en un point de son circuit et en cède à un autre point.

Fluide frigorigène

Désigne un fluide dont la principale propriété est de s’évaporer à une faible température sous pression atmosphérique. Ce fluide assure lors de ses changements de phase (gaz, liquide) les transferts de chaleur. Il s’utilise notament dans les pompes à chaleur.

Certains fluides frigorigènes, comme les CFC, sont impliqués dans l’effet de serre avec la disparition de la couche d’ozone. Certains de ces fluides présentent aussi des risques toxiques, comme les stockages d’ammoniac utilisé en tant que fluide frigorigène dans de nombreuses installations.

FNE

France Nature Environnement

Forage

Prélèvement au moyen d’un foret (instrument destiné à faire des trous)

Foyer halogène

L’un des systèmes de cuisson qui équipe une plaque ou table de cuisson électrique. Le foyer est constitué de lampes halogènes circulaires logées dans un réflecteur. Ces lampes chauffent par rayonnement. Cette technique est parfaite pour saisir.

Foyer radiant

Système de cuisson classique qui compose une plaque ou table de cuisson électrique. Le foyer radiant est équipé de résistances électriques spiralées logées dans une cavité en matériau réfractaire et isolant. Le foyer radiant assure une bonne répartition de la chaleur sous l’ustensile de cuisine et se révèle idéal pour le mijotage.

Fusion thermonucléaire

Fusion à très haute température (de l’ordre de 100 millions de degrés) de deux noyaux atomiques légers aboutissant à la production d’un noyau plus lourd, s’accompagnant généralement de l’émission de particules et dégageant une grande quantité d’énergie. La réaction de fusion peut se réaliser par la réaction des noyaux de deux isotopes de l’hydrogène, le deutérium et le tritium, avec production d’un noyau d’hélium, d’un neutron et libération d’énergie. La matière produite est à l’état de plasma. Sur terre, le confinement du plasma permettant d’enchaîner les réactions de fusion peut être soit réalisé par confinement magnétique dans une chambre vide en forme d’anneau (tore) appelée tokamak, soit par confinement inertiel par laser. La fusion nucléaire est une réaction qui existe à l’état naturel dans toutes les étoiles dont le soleil.


Haut de page
G

G.E.S. (gaz à effet de serre)

Gaz à Effet de Serre. Six ont été retenus par le protocole de Kyoto : le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), le protoxyde d’azote (N2O), les hexafluorocarbures (HFC), les perfluorocarbures (PFC) et l’hexafluorure de soufre (SF6).

G.N.L.

Gaz Naturel Liquéfié. Gaz naturel mis en phase liquide par l’abaissement de sa température à –162°C permettant de réduire 600 fois son volume.

G.P.L.

Gaz de Pétrole Liquéfié. Il est composé d’environ 80% de butane (C4H10) et 20% de propane (C3H8). C’est un carburant dit propre, issu du raffinage du pétrole brut. Son utilisation présente des avantages par rapport au gazole en permettant de réduire de :

 

- 50% les émissions d’oxyde d’azote,

- 50% celles des monoxydes de carbone,

- 90% celles des hydrocarbures et particules.

Gaz à effet de serre (GES)

Gaz à Effet de Serre. Six ont été retenus par le protocole de Kyoto : le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), le protoxyde d’azote (N2O), les hexafluorocarbures (HFC), les perfluorocarbures (PFC) et l’hexafluorure de soufre (SF6).

Gaz Carbonique (CO2)

Gaz incolore, inerte et non toxique, principal gaz à effet de serre à l’état naturel, avec la vapeur d’eau. Sa durée de vie dans l’atmosphère est d’environ 100 ans. Il est produit lorsque des composés carbonés sont brûlés et en présence d’oxygène. Soluble dans l’eau, il se combine avec les sels alcalino-terreux pour former les bicarbonates et les carbonates et peut induire un faible abaissement du pH. Ses sources naturelles sont très nombreuses : éruptions volcaniques, respiration des plantes, des animaux et des hommes, incendies naturels de forêts, décomposition de la matière organique morte de plantes et d’animaux… Sous l’action de l’homme, le taux de CO2 dans l’atmosphère augmente régulièrement et notamment de 30% au cours des deux derniers siècles. En France, au cours des 20 dernières années, 70% à 90% des émissions de dioxyde de carbone proviendraient de la combustion des carburants d’origine fossile.

Gaz de Pétrole Liquéfié (GPL)

Il est composé d’environ 80% de butane (C4H10) et 20% de propane (C3H8). C’est un carburant dit propre, issu du raffinage du pétrole brut. Son utilisation présente des avantages par rapport au gazole en permettant de réduire de :

- 50% les émissions d’oxyde d’azote,

- 50% celles des monoxydes de carbone,

- 90% celles des hydrocarbures et particules.

Gaz Naturel Liquéfié (GNL)

Gaz naturel mis en phase liquide par l’abaissement de sa température à –162°C permettant de réduire 600 fois son volume.

Générateur ENR

Tout générateur d’électricité recourant aux énergies renouvelables pour fonctionner. Ce peut être un générateur photovoltaïque, un aérogénérateur ou une microcentrale hydro-électrique.

Générateur photovoltaïque

Système complet assurant la production et la gestion de l’électricité fournie par les modules photovoltaïques. L’énergie est stockée dans des accumulateurs et/ou transformée en courant alternatif suivant le type d’application.

Géomembrane

Membrane d’étanchéité artificielle comprenant les membranes bitumineuses épaisses (géotextile tissé ou non imprégné de bitume), et les membranes de synthèse constituées d’élastomères, de thermoplastiques (polyéthylène, PVC) en bandes enroulées, raccordées par soudage ou collage. Elles permettent d’assurer l’étanchéité d’un CSDU, d’une zone de lagunage.

Géothermie à Haute Énergie

Nécessite un forage à plus de 1.500 mètres de profondeur. La température y est d’environ de 80°C. Cette température élevée permet de produire de l’électricité.

Géothermie basse énergie

Elle permet de produire de la chaleur. On fore entre 100 mètres et 1 500 mètres. La température est comprise entre 30°C et 80°C.

Géothermie très basse énergie

Elle permet de produire de la chaleur grâce à une pompe à chaleur (PAC). Le forage s’effectue à moins de 100 mètres de profondeur, la température est inférieur à 30°C.

GIEC

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) est un groupe d’experts, chaque membre étant accrédité par son propre gouvernement, qui a pour mandat « d’expertiser l’information scientifique, technique et socio-économique qui concerne le risque de changement climatique provoqué par l’homme ».

Il a été établi en 1988 par deux organismes de l’ONU : l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). Le GIEC est ouvert à tous les membres de ces deux organismes et compte des centaines d’experts du monde entier, issus des universités, des centres de recherche, des entreprises, des associations de défense de l’environnement ou d’autres organismes.

Depuis sa création, le GIEC a produit une série de rapports qui sont devenus des ouvrages de référence largement utilisés par les décideurs, les scientifiques, les étudiants et d’autres spécialistes. Ces rapports ont eu une grande influence dans les politiques environnementales de nombreux gouvernements.

Gradient géothermal

Évolution de la température en fonction de la profondeur.

Gros oeuvre

l’ensemble des parties principales d’une maison tels les fondations, les murs, les planchers, la toiture, etc.

Gulf Stream

Le Gulf Stream est un courant océanique qui prend sa source entre la Floride et les Bahamas et se dilue dans l’océan Atlantique vers la longitude du Groenland. Son nom est abusivement utilisé pour désigner la dérive nord atlantique, voire l’ensemble de la circulation de surface de l’océan Atlantique Nord.

Gw

Giga Watt (10^9 Watts)


Haut de page
H

Habiter Mieux

Programme d’aide de l’agglomération de Nîmes métropole destiné à financer les travaux d’économies d’énergie des habitants de l’agglomération. Plus d’information sur le lien suivant : http://www.nimes-metropole.fr/maj/upload/document/document_188.pdf

Horo-saisonnalité

C’est la possibilité de différencier les prix de son électricité selon les saisons et/ou les heures de consommation.

Humidité

Eau présente dans un sol, une roche, sans les saturer. Teneur en eau du milieu non saturé. Vapeur d’eau, saturante ou non, présente dans l’air. En compostage, elle représente, en pourcentage, la proportion d’eau libre présente dans un certain poids de compost. Réduite, elle limite la prolifération des micro-organismes. Trop élevée, elle gêne l’aération (risque d’anaérobiose). L’optimum se situe entre 50 et 60% d’humidité.

Hydro accumulation

Système permettant le stockage de chaleur sous forme d’eau chaude dans un réservoir.

Hydrocarbure

Désigne une roche sédimentaire carbonée sous forme liquide, produit de la décomposition d’algues, petits animaux marins, plancton en milieu anaérobie. On distingue les huiles minérales, le bitume (ou asphalte, de consistance épaisse, voire solide, d’aspect gras). C’est aussi l’appellation générique des composés chimiques formés d’atomes d’hydrogène et de carbone. Leur présence dans l’atmosphère est mesurée globalement. Les composants présents dans les hydrocarbures sont nombreux et leur impact sur l’environnement est variable (réchauffement de l’atmosphère).

Hydroélectricité

Énergie électrique obtenue à partir de l’énergie hydraulique des rivières et des chutes d’eau (notamment celles créées par les barrages).

Hydrosphère

L’ensemble de l’élément liquide de la Terre

Hygrométrie

Branche de la météorologie qui traite de l’étude et de la mesure de l’humidité de l’air, de l’atmosphère en valeur absolue ou en valeur relative.

Hygro-réglable

Bouches d’extraction d’air à l’intérieur d’un logement, dont le débit se module automatiquement en fonction de l’humidité ambiante.


Haut de page
I

I.N.E.S.

Institut National de l’Energie Solaire.

Créé en 2006 à l’initiative des pouvoirs publics, cet institut promeut et développe l’utilisation de l’énergie solaire en France et plus particulièrement au service de la maîtrise de l’énergie dans le bâtiment.

I.S.O.L.E. (classement)

Norme délivrée par l’ACERMI suite à des essais de résistance des matériaux à la compression. Les critères de la norme sont :

- Propriétés mécaniques à la compression (I),

- Comportement aux mouvements différentiels (S),

- Comportement à l’eau (O),

- Propriétés mécaniques en cohésion et flexion (L),

- Perméance à la vapeur d’eau (E).

ICPE

Installations Classées pour la Protection de l’Environnement

IFEN

Institut Français de l’Environnement

Impact environnemental

Toute modification de l’environnement, négatif ou bénéfique, résultant totalement ou partiellement des activités, produits ou services d’un organisme. Aussi appelé Incidence environnementale.

Induction

Système qui chauffe par électromagnétisme. Un circuit électronique alimente une bobine, créant ainsi un champ magnétique. Ainsi, ce n’est pas la plaque qui émet la chaleur, mais le récipient que l’on pose dessus, qui est traversé par les courants d’induction. D’où l’expression " chaleur froide ". L’induction est d’une rare souplesse. Elle équipe généralement - en partie ou totalement - les plaques de cuisson électriques dont le support est vitrocéramique.

Inertie thermique

aptitude d’une paroi à absorber ou restituer lentement un flux de chaleur en fonction d’un changement des conditions ambiantes.

Infiltration

Pénétration en s’insinuant peu à peu à travers les pores ou les interstices du sous-sol

Insert

Foyer fermé avec récupération de la chaleur.

ISO

International Standart Organisation

Isolant

Matériau qui permet d’empêcher les échanges d’énergie entre deux systèmes. On distingue les isolants électriques et les isolants thermiques. Le contraire d’un isolant est un conducteur.

Isolation

Pas de chauffage de qualité et économique sans une bonne isolation. Isoler, cela signifie empêcher l’air froid d’entrer, l’air chaud de s’enfuir vers l’extérieur, tout en assurant un bon renouvellement de l’air dans l’habitat. Une isolation efficace passe par un traitement de la toiture, des murs, du sol mais aussi de toutes les ouvertures. Les travaux, selon les cas, se pratiquent par l’intérieur ou par l’extérieur.

Isotopes

Éléments chimiques qui possèdent le même numéro atomique, c’est-à-dire le même nombre de protons, mais des masses atomique différentes, c’est-à-dire un nombre différent de neutrons.

La production d’énergie nucléaire issue de la réaction de fission atomique engendre des isotopes radioactifs.

ITER (ou projet ITER)

Le projet ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor) vise à réaliser, en coopération internationale avec la Chine, la Corée du Sud, les États-Unis, l’Union Européenne, le Japon et la Russie, un réacteur expérimental de fusion thermonucléaire par confinement magnétique pour un coût évalué à 10 milliards de dollars sur 30 ans, comprenant la construction, l’exploitation et le démantèlement du réacteur. Le réacteur expérimental sera construit sur le site de Cadarache en France.

 

L’objectif du projet ITER est de démontrer que la réaction de fusion par confinement magnétique du plasma est techniquement possible. Le réacteur ne produira pas d’électricité mais constituera une étape incontournable vers la maîtrise de l’énergie produite.

Haut de page
J

Joule (effet)

L’effet Joule est la manifestation thermique de la résistance électrique. Il se produit lors du passage d’un courant électrique dans tous matériaux conducteurs, à l’exception des supraconducteurs qui nécessitent cependant des conditions particulières.

L’effet Joule se manifeste dans tout conducteur électrique avec plus ou moins d’importance. Dans certains cas, il s’agit d’un effet recherché pour produire de la chaleur (radiateur électrique, chauffe-eau, grille-pain) ou de la lumière (lampe à incandescence). En effet, l’élévation de la température du conducteur provoque un échange d’énergie avec l’extérieur sous forme de transfert thermique. Si cette température devient très importante, il cède également de l’énergie par rayonnement visible.

L’utilisation la plus commune de l’effet Joule est le chauffage électrique : radiateur, four, plaque de cuisson, sèche cheveux, grille pain, ...

Dans le cadre du chauffage domestique, ce n’est cependant pas le mode de chauffage le plus économique. (Les pompes à chaleur, qui utilisent les lois de la thermodynamique, sont bien plus économes).

Les ampoules à incandescence recourent également à l’effet Joule : le filament de Tungstène, placé dans une enceinte contenant un gaz inerte, est porté à une température élevée (plus de 2200°C). À cette température la matière émet des rayonnements dans le visible (Loi de Planck). Néanmoins l’efficacité lumineuse des lampes à incandescence est assez faible (5 fois moins que l’éclairage fluorescent, 10 fois moins que les lampes à décharge).

Haut de page
K

Kilowatt-heure

Unité d’énergie utilisée pour le comptage des consommations d’électricité. Symbole : kWh.

kVa

kilo volt-ampère . Unité de mesure de la puissance électrique. (puissance apparente)

L’hydraulique

kW ou kWh

Unité de mesure de travail et d’énergie, correspondant à 1000 Wattheure, égale à la consommation d’un appareil électrique de 1000 Watts fonctionnant pendant une heure (ou de 100 Watts fonctionnant pendant 10 heures). Un kilowattheure (kWh) est la quantité d’énergie égale à 3,6 millions de joules ou 3600 kJ. On utilise aussi ses multiples exprimés en MWh (mégawattheure) ou TWh (térawattheure), avec 1 MWh = 1000 kWh et 1TWh = 1 million de kWh.

Kyoto (protocole)

Le protocole de Kyoto signé en 1997 a pour objectif de contraindre les pays industrialisés à réduire leurs émissions de Gaz à Effet de Serre (GES). L’accord prévoit pour la période 2008-2012 que les émissions de gaz à effet de serre régressent de 5,2% par rapport à l’année 1990.

Suite à la ratification par la Russie fin 2004; le protocole de kyoto est entré en vigueur le 16 février 2005.

Haut de page
L

Lampe Halogène

Lampe possédant un gaz rare qui, lorsque le filament s’échauffe via le courant électrique afin d’émettre de la lumière, se recombine avec ce dernier et le régénère; c’est pour cela qu’une lampe halogène à une durée de vie plus importante qu’une ampoule classique.

Loi P.O.P.E

Loi de Programme du 13 juillet 2005 fixant les Orientations de la Politique Énergétique de la France.

Cette loi est l’aboutissement d’un long processus engagé en janvier 2003 lors du Débat national sur les Energies. Elle fixe quatre grands objectifs de politique énergétique et les moyens de sa mise en oeuvre :

 

- Contribuer à l’indépendance énergétique nationale et garantir la sécurité d’approvisionnement,

- Assurer un prix compétitif de l’énergie,

- Préserver la santé humaine et l’environnement, en particulier en luttant contre l’effet de serre,

- Garantir la cohésion sociale et territoriale en assurant l’accès de tous à l’énergie.

 

Ce sont des objectifs de long terme, qui fixe une orientation de la politique énergétique pour les 30 prochaines années à venir.

Pour atteindre ses 5 objectifs, 4 axes majeurs ont été définis :

1) maîtriser la demande en énergie

2) diversifier le bouquet énergétique

3) développer la recherche et l’innovation dans le secteur de l’énergie

4) assurer des moyens de transport et de stockage adaptés aux besoins.


Haut de page
M

Maître d’ouvrage

Personne physique ou morale pour le compte de qui les ouvrages de construction ou les travaux sont exécutés. Personne qui paie et qui passe commande à l’architecte pour la conception, et aux entreprises pour les travaux.

Maîtrise de l’énergie

Ensemble de dispositifs mis en œuvre pour préserver la ressource et inciter à la sobriété énergétique.

Matériau MO

Ce sont les matériaux « incombustibles », classé par le CECMI (Comité d‘Étude et de Classification des Matériaux et éléments de construction par rapport au danger d‘Incendie).

Matière organique

Corps contenu dans tous les êtres vivants. Se dit des substances essentiellement composées de chaînes d’atomes de carbone

MDE

Maîtrise de Demande d’Electricité.

Méga Watt (MW)

Correspond à la production de puissance. 1 mégawatt équivaut à 1.000 kilowatts

Méga Watt électrique (MWe)

Correspond à la production de puissance électrique soit 1.000 kilowatts électrique.

Méga Watt thermique (MWth)

Correspond à la production de puissance thermique soit 1.000 kilowatst thermique.

Membrane d’étanchéité

Film mince ou une feuille d’un matériau étanche et flexible, souvent adhésif, utilisé pour divers travaux d’imperméabilisation.

Méthane

Gaz de formule chimique CH4 contribuant fortement à l’effet de serre. Sa durée de vie dans l’atmosphère est d’environ 12 ans. C’est un gaz sans couleur qui constitue l’essentiel du gaz naturel produit lors de la dégradation des matières organiques en l’absence d’oxygène.

Méthanisation

Désigne un procédé biologique de dégradation de la matière organique par une flore microbienne. Elle se déroule en l’absence d’oxygène et est aussi appelée digestion ou fermentation anaérobie. La matière biodégradable est transformée en biogaz composé majoritairement de méthane et de gaz carbonique. Le digestat obtenu en fin de processus est un produit biologiquement stable, désodorisé, et éventuellement hygiénisé, utilisable comme amendement organique après maturation par compostage.

Micro cogénération

système de production simultanée de chaleur et d’électricité (cogénération) adapté à l’usage domestique, permettant de produire de la chaleur et de l’électricité.

Mitigeur thermostatique

robinet permettant de réguler automatiquement la température de l’eau chaude sanitaire soutirée.

Mixed Oxyde (Mox)

Combustible utilisé dans les réacteurs des centrales nucléaires et constitué d’un mélange d’oxyde d’uranium et de plutonium.

Module photovoltaïque

Un module photovoltaïque est un assemblage en série de plusieurs cellules photovoltaïques protégées par un revêtement qui en permet l’utilisation à l’extérieur.

Monoxyde d’azote

Le Monoxyde d’azote se forme par combinaison de l’azote N2 et de l’oxygène O2 atmosphériques lors des combustions à hautes températures. Ce polluant est donc émis par les installations de chauffage des locaux, les centrales thermiques de production électrique, les usines d’incinération et les automobiles. La fabrication et l’utilisation d’acide nitrique, la déflagration d’explosifs et les soudages sont aussi à l’origine de ces composés. Ce gaz est considéré comme non toxique. Il joue un rôle important dans les processus photochimiques et peut être oxydé en dioxyde d’azote qui lui est toxique.

Monoxyde de carbone

Gaz inodore, incolore et inflammable, le monoxyde de carbone CO se forme lors de la combustion incomplète de matières organiques (gaz, charbon, fioul ou bois, carburants). Il est difficilement décelable et forme avec l’air un mélange explosif et très toxique. Dans l’atmosphère, il se transforme en dioxyde de carbone CO2 et contribue à l’effet de serre.

Mox

Combustible utilisé dans les réacteurs des centrales nucléaires et constitué d’un mélange d’oxyde d’uranium et de plutonium (Mixed Oxyde).

Mtep

Mtep: million de tonne équivalent pétrole.

1tep = 7,33 barils de pétrole

Unité de mesure de l’énergie utilisée par les économistes de l’énergie pour comparer les énergies entre elles. C’est l’énergie produite par la combustion d’une tonne de pétrole moyen, ce qui représente environ 11 600 kWh. On utilise le joule ou la tonne d’équivalent pétrole (tep) pour comparer des formes d’énergie différentes.

Mur aveugle

Mur sans ouverture.

Mur bahut

Mur surmonté d’un ouvrage (grille, balustrade,…).

Mur banché

Mur en béton armé. Les murs sont dits banchés car coulés dans de grands coffrages métalliques appelés « banches ».

Mur d’echiffre

Mur soutenant les marches d’un escalier.

Mur de refend

Mur porteur situé à l’intérieur d’une construction.

Mur de soutènement

Mur édifié pour résister à la poussée des terres et/ou soutenir toute construction.

Mur mitoyen

Mur séparatif appartenant pour moitié à deux constructions voisines.

Mur porteur

Mur situé à l’intérieur ou à l’extérieur d’un bâtiment et qui soutient les charges de la construction.

Mur simple

Mur traditionnel composé d’une seule paroi


Haut de page
N

Neutron

Particule fondamentale électriquement neutre qui entre, avec les protons, dans la composition du noyau de l’atome. C’est le neutron qui provoque la réaction de fission des noyaux fissiles dont l’énergie est utilisée dans les réacteurs nucléaires.

NF Environnement

Ecolabel français créé en 1991. L’objectif de la marque NF-Environnement est de guider le choix des consommateurs tout en encourageant les industriels à améliorer la qualité écologique de leurs produits. NF-Environnement certifie des produits qui présentent des impacts moindres sur l’environnement et une aptitude à l’usage au moins équivalente à celle d’autres produits similaires. Elle peut également s’appliquer à des produits qui réduisent les impacts sur l’environnement. La marque NF-Environnement s’adresse aux produits destinés aux consommateurs et aux produits intermédiaires. L’ecolabel atteste à la fois de la qualité d’usage du produit et de sa qualité écologique. La marque NF-Environnement est attribuée pour une durée déterminée. Elle est conçue pour s’intégrer dans une dynamique communautaire de labellisation écologique (Ecolabel Européen).

Noyau terrestre

c’est la partie centrale de la Terre majoritairement constitué de fer pur.



Haut de page
O


OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques)

Organisation internationale d’études économiques, dont les pays membres, principalement des pays développés, ont en commun un système de gouvernement démocratique et une économie de marché.

L’OCDE a succédé à l’Organisation européenne de coopération économique (OECE) qui a existé de 1948 à 1960 et qui a joué un rôle important dans l’exécution du plan Marshall.

En 2007, l’OCDE compte 30 pays membres et regroupe plusieurs centaines d’experts dans ses centres de recherche à Paris.

OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole)

Organisation intergouvernementale (un cartel) de pays visant à négocier avec les sociétés pétrolières pour tout ce qui touche à la production de pétrole, son prix et les futurs droits de concessions.

Oxyde d’azote (NOx)

Les NOx sont des composés d’azote et d’oxygène qui comprennent les gaz d’acide nitrique et de dioxyde d’azote. Ils sont produits principalement par la combustion des combustibles fossiles.

Oxydoréduction

C’est un traitement chimique : réaction couplée d’oxydation et de réduction, c’est-à-dire associant la perte et le gain d’électrons.

Oxygène

Gaz simple sans odeur ni saveur entrant dans la composition de l’eau et de l’air. Il permet à tous les être vivants de respirer. L’oxygène se renouvelle grâce à un phénomène appelé photosynthèse qui est produit par les plantes.

Ozone

Il s’agit d’une variété gazeuse allotropique de l’oxygène O2, plus lourde que l’air. On parle du ’’bon’’ c’est-à-dire ozone stratosphérique et du ’’mauvais’’ c’est-à-dire ozone à la surface de la terre, également appelé ozone troposphérique.

Ozone stratosphérique

ou ’’bon ozone’’ est retrouvé à assez haute concentration dans la stratosphère terrestre. Cet ozone absorbant fortement les rayons ultraviolets, protège les organismes vivants de radiations U.V. Il est détruit par des aérosols, notamment issus de l’activité humaine, parmi lesquels les CFC, entraînant ainsi un trou dans la couche d’ozone.

Ozone troposhérique

ou ’’mauvais ozone’’ est engendré par la pollution près de la surface de la terre. L’ozone des basses couches de l’atmosphère est un gaz extrêmement irritant et incolore qui se forme juste au-dessus de la surface de la terre. On l’appelle donc polluant secondaire parce qu’il est produit lorsque deux polluants primaires réagissent au soleil et à l’air stagnant. Ces deux polluants primaires sont les oxydes d’azote (NOx) et les composés organiques volatils (COV). L’ozone troposphérique contribue à l’effet de serre et aux pluies acides. Chez l’homme ou l’animal, il est à l’origine d’irritation des muqueuses oculaires et respiratoires, de crises d’asthme chez les sujets sensibles.


Haut de page
P

P.A.C. (Pompe à chaleur)

Désigne un dispositif thermodynamique qui consiste à extraire de la chaleur à une source froide pour la céder à une source chaude par évaporation compression et condensation d’un fluide approprié. Ces installations permettent de réduire les émissions en gaz à effet de serre et autres polluants. En plein essor dans de nombreux pays, les PAC sont considérées par plusieurs d’entre eux comme des énergies renouvelables.

P.N.Q.A.

Plan National d’Allocation des Quotas. Imposé par la législation européenne d’octobre 2003 pour mettre en œuvre les objectifs du protocole de Kyoto (-8% d’émissions de gaz à effet de serre pour l’Europe entre 1990 et 2010). Il détermine les quantités de CO2 allouées à l’industrie et aux énergéticiens. En clair, les tonnes de gaz qu’ils peuvent émettre sans sanctions financières. Le premier plan (PNAQ I) couvre la période 2005-2007 et prévoit 150,5 millions de tonnes de CO2. Le PNAQ 2, pour la période 2008-2012, prévoit 149,72 millions de tonnes de CO2.

P.O.P.E. (Loi)

Loi de Programme du 13 juillet 2005 fixant les Orientations de la Politique Énergétique de la France.

Cette loi est l’aboutissement d’un long processus engagé en janvier 2003 lors du Débat national sur les Energies. Elle fixe quatre grands objectifs de politique énergétique et les moyens de sa mise en oeuvre :

 - Contribuer à l’indépendance énergétique nationale et garantir la sécurité d’approvisionnement,

- Assurer un prix compétitif de l’énergie,

- Préserver la santé humaine et l’environnement, en particulier en luttant contre l’effet de serre,

- Garantir la cohésion sociale et territoriale en assurant l’accès de tous à l’énergie.

 

Ce sont des objectifs de long terme, qui fixe une orientation de la politique énergétique pour les 30 prochaines années à venir.

Pour atteindre ses 5 objectifs, 4 axes majeurs ont été définis :

1) maîtriser la demande en énergie

2) diversifier le bouquet énergétique

3) développer la recherche et l’innovation dans le secteur de l’énergie

4) assurer des moyens de transport et de stockage adaptés aux besoins.

PAC à détente directe (sol/sol)

Système de pompe à chaleur qui utilise un fluide frigorigène pour absorber et restituer la chaleur du sol.

PAC à fluide intermédiaire (sol/eau)

Système de pompe à chaleur qui utilise de l’eau additionnée à de l’antigel pour absorber la chaleur du sol et de l’eau pour restituer la chaleur. Le fluide frigorigène reste confiné dans la PAC.

Panneau solaire

Un panneau solaire est destiné à récupérer une partie du rayonnement solaire pour le convertir en énergie. On distingue essentiellement deux types de panneaux solaires :

• Les panneaux solaires thermiques qui convertissent la lumière en chaleur,

• Les panneaux solaires photovoltaïques qui la convertissent en électricité.

Pare-vapeur

Feuille ou membrane en PVC, polyéthylène, polyester, papier-plomb, papier goudronné, ou encore en aluminium, étanche à la vapeur d’eau. Les pare-vapeur ont pour rôle d’empêcher le cheminement de la vapeur d’eau à travers les parois d’une maison bois. Lors de la constitution des murs, ils sont donc disposés vers l’intérieur et avant l’isolant.

PECS

Préparateur d’Eau Chaude Sanitaire.

Pénurie d’eau

Manque d’eau, les moyens de consommation sont inférieurs aux besoins

Pergélisol

Ou permafrost (en anglais). Il désigne un sous-sol gelé en permanence. Sa formation,sa persistance ou sa dispartition sont très étroitement liées aux changements cliamtiques.

Perte au feu ou LOI (loss on ignition en anglais)

Perte de masse qui résulte de l’échauffement d’un matériau. Cette perte au feu se constate lorsque de l’élaboration d’objets manufacturés nécessite une forte chaleur, par exemple en métallurgie. De fait, le produit final n’a plus la même composition chimique que le produit initial, puisque de la matière est partie (ce qui explique la variation de masse).

Pétrole

Huile minérale naturelle issue de la décomposition sédimentaire des composés organiques à base de carbone notamment et qui s’est accumulée en gisements au cours des siècles, et qui est utilisée comme source d’énergie non renouvelable mais aussi par l’industrie des matières plastiques qui utilise environ 4% de tous les produits pétroliers.

pH

sigle, qui signifie potentiel hydrogène, habituellement noté « pH », qui est une mesure de l’acidité en chimie.

Photosynthèse

C’est le processus biologique des cellules contenant de la chlorophylle qui convertit la lumière du soleil, le CO2, l’eau et les nutriments en matière végétale. Toutes les chaînes alimentaires qui soutiennent la vie animale reposent sur cette matière végétale.

Photovoltaïque

Découvert par le physicien Becquerel en 1839, l’effet photovoltaïque permet la conversion directe du rayonnement solaire en électricité: des cellules photovoltaïques (photopiles) produisent un courant continu lorsqu’elles sont éclairées par la lumière du soleil. Elles font appel à des matériaux semi conducteurs tels que le silicium.

Utilisée pour la technologie spatiale et dans de nombreuses applications terrestres, cette technique est fiable et performante.

Les modules photovoltaïques transforment l’énergie solaire (les photons) en courant électrique (les électrons).

La puissance issue du capteur est proportionnelle à l’intensité lumineuse solaire.

PIB (Produit Intérieur Brut)

Mesure de la richesse créée par un pays. Sa mesure en parité de pouvoir d’achat (ppa) permet de réaliser des comparaisons significatives entre les pays.

Plancher Solaire Direct (PSD)

Le plancher solaire direct est un système de chauffage solaire. Le principe consiste à injecter directement dans une dalle un liquide chauffé par les capteurs solaires. Cette dalle sert à la fois d’émetteur de chaleur basse température et de stockage. Les capteurs peuvent être aussi utilisés le chauffage de l’eau d’une piscine. La production d’eau chaude sanitaire utilisant aussi ce liquide se fait en instantanée par l’intermédiaire d’un échangeur à plaques.

Plan National d’Allocation des Quotas (PNQA)

Plan National d’Allocation des Quotas. Imposé par la législation européenne d’octobre 2003 pour mettre en œuvre les objectifs du protocole de Kyoto (-8% d’émissions de gaz à effet de serre pour l’Europe entre 1990 et 2010). Il détermine les quantités de CO2 allouées à l’industrie et aux énergéticiens. En clair, les tonnes de gaz qu’ils peuvent émettre sans sanctions financières. Le premier plan (PNAQ I) couvre la période 2005-2007 et prévoit 150,5 millions de tonnes de CO2. Le PNAQ 2, pour la période 2008-2012, prévoit 149,72 millions de tonnes de CO2.

Plan Soleil

Le Plan Soleil est un programme mis en œuvre par l’ADEME et les Pouvoirs Publics depuis 1999. Il vise à diffuser en France métropolitaine les applications solaires thermiques suivantes :

- Le chauffe-eau solaire individuel (CESI),

- Le système solaire combiné (production d’eau chaude sanitaire et chauffage),

- Les systèmes de production d’eau chaude collective.

 

Pour faciliter encore l’émergence de ce nouveau marché, des aides financières ont été décidées : l’État a pris l’initiative d’un crédit d’impôt à 50% pour le financement des équipements individuels, les collectivités territoriales accordent des primes à l’installation.

Plutonium

Elément de numéro atomique 94 dont aucun isotope n’existe dans la nature. Le plutonium 239, isotope fissile, est produit dans les réacteurs nucléaires à partir de l’uranium 238 par absorption d’un neutron. Sa manipulation exige de strictes précautions en raison de sa toxicité chimique et des dangers présentés par ses rayonnements alpha. Symbole Pu.

Polycarbonate (PC)

plastique dit technique, extrêmement résistant aux chocs. Principales utilisations : le matériau-support du compact disque (CD), les vitrages de guichets à l’épreuve des balles, les casques de sécurité et de protection, les clignotants et feux arrière de véhicules, diverses pièces techniques, etc. Ce polymère est un thermoplastique, ce qui permet d’envisager un recyclage matière.

Polychlorure de Vinyle (PVC)

PolyChlorure de Vinyle. Matière plastique qui fut utilisée, notamment en France, pour le conditionnement des eaux minérales plates et la fabrication de feuilles, cartes de crédit, tubes, films, châssis de fenêtre, etc. Lors de sa combustion, le PVC génère de l’acide chlorhydrique, ce qui incita à en limiter l’utilisation. Ce polymère est un thermoplastique, propriété permettant d’envisager un recyclage matière.

Polyéthylène

On distingue notamment les deux familles suivantes : le PE Haute Densité (PEHD)et le PE Basse Densité Linéaire (PEBDL ou PEBD). Ce polymère est un thermoplastique, ce qui permet d’envisager un recyclage matière.

Polypropylène

Polymère utilisé principalement dans les emballages alimentaires, les pièces techniques pour l’automobile, la vaisselle pour four micro-ondes, les tapis, la moquettes, les cordes et la ficelle. Ce polymère est un thermoplastique, ce qui permet d’envisager un recyclage matière.

Polystyrène expansé

Isolant thermique synthétique très utilisé dans le bâtiment pour renforcer la résistance au froid et à la chaleur des murs et plafonds.

Polystyrène extrudé

Même nature chimique que le polystyrène expansé, il est fabriqué par extrusion (au lieu d’expansion) ; il assure les mêmes fonctions que l’expansé.

Pompe à chaleur (PAC)

Désigne un dispositif thermodynamique qui consiste à extraire de la chaleur à une source froide pour la céder à une source chaude par évaporation compression et condensation d’un fluide approprié. Ces installations permettent de réduire les émissions en gaz à effet de serre et autres polluants. En plein essor dans de nombreux pays, les PAC sont considérées par plusieurs d’entre eux comme des énergies renouvelables.

Pont thermique

Partie d’un ouvrage, non isolé thermiquement et provoquant des pertes de chaleur importantes.

Porosité

Propriété d’un milieu, d’un sol ou d’une roche à comporter des pores, c’est à dire des vides interstitiels interconnectés ou non. En compostage, elle conditionne directement l’aération du substrat, favorise l’activité biologique et l’évacuation de l’eau, de la chaleur et du CO2. Appelée également porosité en grand ou macro porosité, elle exprime le volume d’air emprisonné dans un volume de compost. Elle doit être de 30 à 40 % pour le maintien d’une teneur minimale en oxygène.

Potentiel d’oxydoréduction

Mesure relative de la réactivité (pouvoir oxydant ou réducteur) d’un couple oxydant/réducteur, exprimé en Volt ou en mVolt.

Pouvoir Calorifique

Quantité de chaleur dégagée par la combustion complète de l’unité de combustible considéré. La notion de pouvoir calorifique ne s’applique donc qu’aux combustibles. On distingue notamment :

• PCS : Pouvoir Calorifique Supérieur qui donne le dégagement maximal théorique de la chaleur lors de la combustion, y compris la chaleur de condensation de la vapeur d’eau produite lors de la combustion ;

• PCI : Pouvoir Calorifique Inférieur qui exclut de la chaleur dégagée, la chaleur de condensation de l’eau supposée restée à l’état de vapeur à l’issue de la combustion.

Nota : dans la pratique, la différence entre PCS et PCI est de l’ordre de grandeur suivant :

Gaz naturel : 10%

Gaz de pétrole liquéfié : 9%

Autres produits pétroliers : 7-8%

Combustibles solides : 2-5%

Pré collecte

Ensemble des opérations d’évacuation des déchets depuis leur lieu de production jusqu’au lieu de prise en charge par le service de collecte.

Produit Intérieur Brut (PIB)

Mesure de la richesse créée par un pays. Sa mesure en parité de pouvoir d’achat (ppa) permet de réaliser des comparaisons significatives entre les pays.

Profil

Matériau aluminium ou PVC dont la section présente une forme non simple avec des vides variés ou des courbes selon les applications en menuiserie.

Projet ITER

le projet ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor) vise à réaliser, en coopération internationale avec la Chine, la Corée du Sud, les États-Unis, l’Union Européenne, le Japon et la Russie, un réacteur expérimental de fusion thermonucléaire par confinement magnétique pour un coût évalué à 10 milliards de dollars sur 30 ans, comprenant la construction, l’exploitation et le démantèlement du réacteur. Le réacteur expérimental sera construit sur le site de Cadarache en France.

L’objectif du projet ITER est de démontrer que la réaction de fusion par confinement magnétique du plasma est techniquement possible. Le réacteur ne produira pas d’électricité mais constituera une étape incontournable vers la maîtrise de l’énergie produite.

Protocole de Kyoto

Conférence à l’issue de laquelle 38 pays industrialisés se sont engagés à réduire les émissions de six gaz à effet de serre : CO2, CH4, N2O, HFC, PFC, SF6. Ces pays industrialisés se sont engagés sur une réduction de leurs émissions des six principaux gaz à effet de serre de 5,2% en moyenne entre 2008 et 2012 par rapport au niveau de 1990. Les pays en développement sont exemptés d’engagements chiffrés afin que leur développement ne soit pas remis en cause. Pour entrer en vigueur, ce protocole doit être ratifié par plus de 55 pays totalisant plus de 55% des émissions de gaz à effet de serre. L’Union Européenne et de nombreux autres pays ont ratifié le protocole en 2002.

Protoxyde d’Azote (N2O)

Puissant gaz à effet de serre qui subsiste longtemps dans l’atmosphère (environ 120 ans). Il est en partie responsable de la destruction de l’ozone. Le sol et les océans sont les principales sources naturelles de ce gaz, mais il est également produit par l’utilisation d’engrais azotés, la combustion de matière organique et de combustibles fossiles, la production de nylon... Le N2O est un gaz incolore et ininflammable, stable dans les basses couches de l’atmosphère mais décomposé dans les couches plus élevées (stratosphère) par des réactions chimiques impliquant la lumière du soleil.

PSD

Plancher Solaire Direct : Le plancher solaire direct est un système de chauffage solaire. Le principe consiste à injecter directement dans une dalle un liquide chauffé par les capteurs solaires. Cette dalle sert à la fois d’émetteur de chaleur basse température et de stockage. Les capteurs peuvent être aussi utilisés le chauffage de l’eau d’une piscine. La production d’eau chaude sanitaire utilisant aussi ce liquide se fait en instantanée par l’intermédiaire d’un échangeur à plaques.

Psi

Unité anglo-saxonne . 1 psi = 6 894 N/m2 = 6 894 Pa = 0,068 94 bar

Puissance

la puissance d’une lampe se mesure en Watts et indique la quantité d’énergie consommée par la lampe chaque seconde. Les Lampes Basse Consommation consomme 5 fois mois que les lampes classiques autrement dit une lampe basse consommation de 15 W éclaire autant qu’une lampe normale de 75 W.

Puit canadien ou Provençal

Echangeur géothermique qui assure la fonction de rafraîchissement estival de l’air ventilé. Ce système sert surtout de climatisation naturelle. Il est basé sur le simple constat que la température à différentes profondeurs sous terre subit une variation d’amplitude beaucoup plus faible qu’en surface, restant autour de 15°C.

Puits

Cavité circulaire, profonde et étroite, à parois maçonnées, pratiquée dans le sol pour atteindre une nappe d’eau souterraine

PVC

PolyChlorure de Vinyle. Matière plastique qui fut utilisée, notamment en France, pour le conditionnement des eaux minérales plates et la fabrication de feuilles, cartes de crédit, tubes, films, châssis de fenêtre, etc. Lors de sa combustion, le PVC génère de l’acide chlorhydrique, ce qui incita à en limiter l’utilisation. Ce polymère est un thermoplastique, propriété permettant d’envisager un recyclage matière.


Haut de page
Q

Qualisol

Marque déposée par l’ADEME en 1999, " QUALISOL " exprime la volonté de miser durablement sur la protection de l’environnement, et sur le recours aux énergies renouvelables, tout en garantissant aux consommateurs la qualité des matériels utilisés et le savoir-faire des professionnels qui les mettent en œuvre.

Qualisol signifie l’appartenance d’une entreprise à un réseau de professionnels du solaire, qualifiés et compétents.

Qualisol est symbole « d’entreprise citoyenne », soucieuse de la protection de l’environnement mais surtout synonyme d’engagement sur la qualité d’installation d’équipements solaires thermiques.

Qualisol est une marque préconisée par les pouvoirs publics (ADEME, Régions et autres collectivités locales) et recommandée par les opérateurs énergétiques.

Qualisol (charte)

L’entreprise adhérente de la charte QUALISOL souscrit l’engagement volontaire de se conformer à des principes de qualité du service rendu au client de ces équipements.

Le signataire certifie qu’il respectera les engagements qui constituent les "10 points solaires" de la charte :

1- Il possède les compétences professionnelles nécessaires, acquises par la formation initiale ou continue, et par une pratique confirmée. Il est à jour de ses obligations sociales et fiscales, et dispose des assurances professionnelles couvrant les prestations qu’il assure,

2- Il préconise des matériels solaires sélectionnés par l’ADEME, conformes aux listes qu’elle établit et actualise, et assure le relais des informations, brochures et documents que l’ADEME diffuse,

3- En amont, il assure auprès du client un rôle de conseil, l’assiste dans le choix des solutions les mieux adaptées à ses besoins, compte tenu du "gisement solaire" local, des contraintes du site, de la taille du foyer, et des énergies d’appoint disponibles,

4- Après visite sur site, il soumet au client un devis descriptif écrit, détaillé et complet, de l’installation solaire qu’il propose, en fixant un délai de réalisation, des termes de paiement, et des conditions de garantie (minimum : deux années, et décennale en cas de matériel incorporé au bâti),

5- Il informe précisément le client sur les démarches nécessaires, relatives en particulier aux déclarations préalables de travaux, aux conditions d’octroi des primes de l’ADEME et autres organismes, et aux incitations fiscales en vigueur,

6- Une fois l’accord du client obtenu (devis cosigné), il réalise l’installation commandée dans le respect des règles professionnelles, normes et textes réglementaires applicables, selon les prescriptions de l’Avis Technique du matériel prévu, et les spécifications particulières des fournisseurs,

7- Il règle et met en service l’installation, puis procède à la réception des travaux en présence du client. Il lui remet notices et tous documents relatifs aux conditions de garantie et d’entretien/maintenance du CESI,

8- Il remet sans délai au client une facture détaillée et complète de la prestation, conforme au devis, et lui fournit l’attestation signée dont celui-ci a besoin pour faire valoir ses droits aux primes et aides fiscales,

9- En cas d’anomalie ou d’incident de fonctionnement de l’installation signalé par le client, il s’engage à intervenir sur le site dans des délais rapides, et procède aux vérifications et remise en état nécessaires, dans le cadre de la garantie biennale.

10- Sur simple notification de l’ADEME, il se soumet à toute opération de contrôle que l’ADEME ou son mandataire souhaiterait effectuer, aux fins d’examiner les conditions de mise en oeuvre et de réalisation des prestations.

Qualit’EnR

Association pour la qualité d’installation des systèmes à énergies renouvelables.

Cette association a été fondée en 2006 par cinq entités professionnelles nationales. Qualit’EnR intervient pour la promotion de la qualité des prestations des professionnels et gère des dispositifs de qualité et des règlements afférents aux appellations :

. «Qualisol»,

. «Qualibois»,

. «QualiPV».

. «QualiPAC».


Haut de page
R

Radiateur

Emetteur de chaleur, le radiateur est l’élément terminal d’un système de chauffage central. Il peut également fonctionner de façon indépendante, qu’il s’agisse alors d’un appareil électrique ou d’un radiateur à gaz naturel ou au fioul.

- Avec un chauffage central, les radiateurs fonctionnent à l’eau chaude et diffusent de la chaleur par rayonnement. Les matériaux les plus utilisés sont l’acier, la fonte ou l’alliage d’aluminium. La puissance se décide en fonction du volume de la pièce, du nombre et de l’emplacement des dits radiateurs. Pour positionner au mieux les appareils et leur emplacement, mieux vaut faire appel à un installateur professionnel.

- Avec un chauffage électrique, plusieurs techniques coexistent : la convection, le rayonnement ou l’accumulation.

Radiation

Énergie émise et propagée sous forme d’onde. Un phénomène chimique ou physique peut entraîner des radiations différentes et ainsi engendrer des ondes de différentes natures.

Radioactivité

Les atomes qui constituent la matière sont en général stables, mais certains d’entre eux se transforment spontanément en émettant des rayonnements qui emportent de l’énergie. C’est ce qu’on appelle la radioactivité. Celle-ci n’a pas été inventée par l’homme; il s’agit d’un phénomène naturel qui existe dans l’univers depuis son origine. La radioactivité naturelle a été découverte en 1896 par le physicien français Henri Becquerel. La radioactivité artificielle est un phénomène de même nature que la radioactivité naturelle, les noyaux émetteurs étant alors produits en laboratoire ou dans les réacteurs nucléaires. Elle a été découverte par Irène Curie et Frédéric Joliot en 1934. La radioactivité se mesure en Becquerels.

Rayonnement

Émission et propagation d’un ensemble de radiations avec transport d’énergie. Terme utilisé indistinctement pour désigner un énergie (exemple : irradiation solaire) ou une puissance (exemple : éclairement solaire). C’est également une technique qui consiste à chauffer les objets, les parois et les corps. La chaleur est ensuite restituée à l’air ambiant. Contrairement à la convection, en chauffage par rayonnement, il n’y a pas de déplacement d’air et le taux d’hygrométrie ne varie pas.

Réacteur de 4ème génération

Ce sont des réacteurs susceptibles d’être déployés entre 2030 et 2045. Ils sont étudiés dans le cadre d’une collaboration internationale ( le forum international génération IV) à laquelle participe la France. Ces systèmes visent en particulier à répondre à la nécessité de réduire la quantité de déchets produits, d’économie des ressources, de sûreté et de fiabilité pour les réacteurs nucléaires du futur.

Réacteur nucléaire

Ensemble de dispositifs permettant d’amorcer et d’entretenir une réaction de fission en chaîne. Dans une centrale nucléaire, c’est lui qui fournit la chaleur permettant la production de vapeur. Différents types de réacteurs sont industriellement mis en service dans le monde industrialisé. Leur technologie varie en fonction de critères de choix portant essentiellement sur la nature du combustible, du modérateur et du fluide caloporteur.

Réchauffement climatique

On parle de changement climatique lorsque le climat se modifie de façon importante sur une longue période de temps. C’est ce que l’on observe depuis le début du siècle dernier : la planète se réchauffe et la température moyenne a augmenté de 0,6°C.

Recyclage

Le recyclage consiste au retraitement dans un processus de production des déchets, aux fins de leur fonction initiale ou à d’autres fins.

Réseau de Transport d’Electricité (RTE)

RTE est le gestionnaire du réseau de transport d’électricité français, qu’il exploite, entretient et développe. Entreprise de service public, RTE est garant du bon fonctionnement et de la sûreté du système électrique français. Il assure un accès libre et équitable à tous les utilisateurs du réseau.

Robinet thermostatique

Le robinet thermostatique se pose sur les radiateurs de chauffage central. Son équivalent en chauffage électrique est le thermostat. On l’installe sur un radiateur ou plusieurs émetteurs dont on veut optimiser la production de chaleur.

RTE (Réseau de Transport d’Electricité)

RTE est le gestionnaire du réseau de transport d’électricité français, qu’il exploite, entretient et développe. Entreprise de service public, RTE est garant du bon fonctionnement et de la sûreté du système électrique français. Il assure un accès libre et équitable à tous les utilisateurs du réseau.


Haut de page
S

S.S.C ou système solaire combiné

Le SSC est un système de chauffage solaire. Composé de panneaux solaires, il permet à la fois de produire de la chaleur et de l’eau chaude sanitaire (contrairement au chauffe-eau solaire individuel qui lui ne sert qu’à la production d’eau chaude sanitaire).

Sandwich

Ensemble manufacturé constitué d’une âme isolante collée entre deux plaques de plâtre.

Séquestration du CO2

Le CO2 est récupéré et stocké à long terme au niveau des gisements dans un objectif de limitation des émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

SER (Syndicat des Energies Renouvelables)

Le SER a été créé en 1993 (il se nommait alors SIPROFER) pour :

- promouvoir les intérêts des industriels et des professionnels français des énergies renouvelables,

- défendre les intérêts français au niveau des principaux programmes européens de soutien au secteur.

Le SER est ouvert aux industriels des énergies renouvelables et aux professionnels (bureaux d’études, etc...) dont l’activité est liée aux énergies renouvelables. Le fait de rassembler l’ensemble des filières d’énergies renouvelables donne au SER une dimension qui lui permet d’être reconnu comme un partenaire incontestable des pouvoirs publics.

Il compte aujourd’hui 300 entreprises ou associations d’entreprises ayant des activités relevant des filières énergie éolienne, énergie géothermique, énergie solaire photovoltaïque, énergie solaire thermique, énergie hydraulique, bois énergie, biocarburants et autres filières de la biomasse. Plus de mille entreprises sont par ailleurs représentées au travers des associations adhérentes au SER.

Le SER assure la promotion des énergies renouvelables au travers du développement des activités entrepreneuriales prises en charge par ses adhérents. A cette fin, le SER les représente auprès des pouvoirs publics, nationaux, européens et régionaux ainsi qu’auprès des instances de régulation. Le SER fait valoir les bénéfices de ces activités auprès de l’opinion publique et des médias.

SHOB (Surface Hors oeuvre Brute)

Totalité de la surface des planchers, murs extérieurs compris.

SHON (Surface hors oeuvre nette)

Totalité de surface des planchers moins ce qui n’est pas aménageable (combles, sous-sols non aménageables, terrasses, emplacement de véhicules…).

Silicate

Les silicates sont des sels dérivant de la silice (SiO2). En chimie, ce sont des composés chimiques ; en minéralogie, les silicates désignent une importante famille de minéraux. Les silicates constituent 95 % de la croûte terrestre. Il en existe de nombreuses variétés :

- silicates ferromagnésiens : chlorites, serpentines, amphiboles, pyroxènes, péridots ou olivines, grenats ;

- aluminosilicates, pour lesquels l’aluminium peut remplacer le silicium : feldspaths, riches en silice, zéolites, micas ;

- silicates d’alumine : tourmaline, grenats.

Site classé

Forme juridique de protection qui s’impose à toute demande de modification de l’aspect des lieux.

SNDD

Stratégie Nationale de Développement Durable.

Solaire photovoltaïque

Energie renouvelable utilisant le rayonnement du soleil pour produire de l’électricité.

Solaire thermique

Energie renouvelable utilisant le pouvoir chauffant du soleil pour produire de la chaleur. L’énergie solaire thermique résulte de l’utilisation de capteurs qui transforment l’énergie du rayonnement solaire en chaleur véhiculée par de l’eau. Ce principe est utilisé pour fournir, soit de l’eau chaude sanitaire (chauffe eau solaire), soit encore pour contribuer au chauffage d’une habitation ( plancher solaire). La filière solaire thermique est l’une des filières de production de chaleur renouvelable les plus prometteuses et les plus dynamiques.

Solar Nano Cristal

Le projet de Recherche et développement Solar Nano Cristal a pour objectif de favoriser l’innovation technologique des modules solaires pour accélérer la baisse des coûts et donc la compétitivité de l’industrie française du photovoltaïque.

Station d’épuration

Elle permet le traitement des eaux usées des habitants et des industriels raccordés au réseau d’assainissement ainsi que des eaux pluviales pour les réseaux non séparatifs. Elle rejette dans le milieu naturel une eau épurée qui doit être conforme aux valeurs limites définies par arrêté préfectoral ainsi qu’un résidu : les boues.

Stère

Unité de volume apparent de 1m3 de bois empilé de 1m. Un stère recoupé en plus petite longueur occupe moins de volume.

Stratosphère

Dans cette strate atmosphérique, les transformations de l’oxygène en ozone, sous l’action des rayons ultraviolets de courte longueur d’onde, s’accompagnent de dégagement de chaleur : la température augmente donc jusqu’à une valeur proche à 0 °C, définissant la limite supérieure, appelée stratopause, située à environ 50 kilomètres d’altitude.

Stress hydrique

Lorsque la demande en eau dépasse la quantité des ressources disponibles en eau

Surface habitable

Surface de plancher calculée après déduction des murs, cloisons, escalier et gaines. Ne sont pas comptés non plus les caves, sous-sol, garage, balcon et combles non aménagés ainsi que les zones de l’habitation d’une hauteur inférieure à 1,80 mètre.

Surface hors oeuvre brute (SHOB)

Totalité de la surface des planchers, murs extérieurs compris.

Surface hors oeuvre nette (SHON)

Totalité de surface des planchers moins ce qui n’est pas aménageable (combles, sous-sols non aménageables, terrasses, emplacement de véhicules…).

Sw

facteur solaire d’une fenêtre qui traduit sa capacité à transmettre la chaleur d’origine solaire à l’intérieur. Il est compris entre 0 et 1. Plus le Sw est grand, plus la quantité de chaleur transmise est importante. On distingue un Sw hiver et été (prise en compte d’une protection solaire).

(Voir aussi le facteur TLw)

Tout savoir sur l’isolation

Les aides financières pour l’isolation

Syndicat des Energies Renouvelables (SER)

Le Syndicat des Énergies Renouvelables a été créé en 1993 (il se nommait alors SIPROFER) pour :

- promouvoir les intérêts des industriels et des professionnels français des énergies renouvelables,

- défendre les intérêts français au niveau des principaux programmes européens de soutien au secteur.

Le SER est ouvert aux industriels des énergies renouvelables et aux professionnels (bureaux d’études, etc...) dont l’activité est liée aux énergies renouvelables. Le fait de rassembler l’ensemble des filières d’énergies renouvelables donne au SER une dimension qui lui permet d’être reconnu comme un partenaire incontestable des pouvoirs publics.

Il compte aujourd’hui 300 entreprises ou associations d’entreprises ayant des activités relevant des filières énergie éolienne, énergie géothermique, énergie solaire photovoltaïque, énergie solaire thermique, énergie hydraulique, bois énergie, biocarburants et autres filières de la biomasse. Plus de mille entreprises sont par ailleurs représentées au travers des associations adhérentes au SER.

Le SER assure la promotion des énergies renouvelables au travers du développement des activités entrepreneuriales prises en charge par ses adhérents. A cette fin, le SER les représente auprès des pouvoirs publics, nationaux, européens et régionaux ainsi qu’auprès des instances de régulation. Le SER fait valoir les bénéfices de ces activités auprès de l’opinion publique et des médias.

Système de climatisation

Combinaison de toutes les composantes nécessaires pour assurer une forme de traitement de l’air dans laquelle la température est contrôlée ou peut être diminuée ( en conjugaison avec un contrôle de l’aération, de l’humidité et éventuellement de la pureté de l’air).

Système de production de froid à absorption

Cas le plus classique : système à absorption continu, avec une solution de bromure de lithium. La solution, chauffée par une source chaude, produit de la vapeur d’eau et une solution concentrée de bromure de lithium dans un bouilleur. La vapeur d’eau est condensée par échange avec le milieu extérieur, puis elle est introduite sous vide dans un évaporateur, où elle s’évapore en produisant du froid. Elle est enfin absorbée par la solution concentrée de bromure de lithium, qui repart vers le bouilleur et le cycle recommence.

Système de production de froid à compression mécanique

Un fluide appelé fluide frigorigène subit un cycle thermodynamique : compression à l’état gazeux, condensation, détente à l’état liquide, évaporation.

Il produit du froid en s’évaporant et re-largue la chaleur vers le milieu extérieur en se condensant.


Haut de page
T

T.E.P.

Tonne Equivalent Pétrole. Unité de mesure de l’énergie utilisée par les économistes de l’énergie pour comparer les énergies entre elles. C’est l’énergie produite par la combustion d’une tonne de pétrole moyen, ce qui représente environ 11 600 kWh. On utilise le joule ou la tonne d’équivalent pétrole (tep) pour comparer des formes d’énergie différentes.

Taux d’économie d’énergie

Proportion des consommations d’énergie nécessaires pour fournir le chauffage et l‘eau chaude solaire (celles que l’on payerait sans installation solaire), couvertes par le solaire.

Taux d’imperméabilisation

Rapport entre les surfaces imperméables et la surface totale de la parcelle concernée.

Tera

Préfixe qui, placé devant une unité de mesure, la multiplie par un billion, c’est-à-dire par un million de millions ou mille milliards. Exemple : 1 terawattheure (TWh) = 1000 milliards de wattheures, soit 1 milliard de kilowattheures (kWh).

Thermique

Branche de la physique consacrée à la chaleur.

Thermocompression

La thermocompression, ou éjecto-compression, est basée sur l’utilisation de la chaleur de détente d’une vapeur haute pression pour re-comprimer une partie des buées évaporées et générer une vapeur de pression « intermédiaire ».

Thermodynamique

Discipline de la physique qui étudie la transformation de l’énergie thermique en énergie mécanique et réciproquement. Cette science s’intéresse aux relations entre les composés et la quantité de chaleur que ces réactions mettent en jeu.

Thermo-frigo-pompe

Système de production de froid à compression dont la chaleur dégagée au condenseur est également valorisée.

Thermoplastique

Les thermoplastiques se déforment et sont façonnables sous l’action de la chaleur, gardent cette forme en refroidissant. Cette propriété permet leur recyclage : les objets sont broyés et refondus pour en élaborer d’autres. Les plus répandus sont le polychlorure de vinyle, le polystyrène (jouets, ustensiles de cuisine, etc.), les acryliques, les polyamides, les polyoléfines.

Thermostat

Il permet de faire varier le niveau de chauffage dans une pièce ou dans la maison : idéal pour le confort et les économies d’énergie. Chauffage électrique, chauffage central, à chacun sa solution. L’idéal : un thermostat programmable, qui vous permet de programmer, pour la semaine et le week-end, les niveaux de température souhaités en fonction des heures de la journée.

Thermostat d’ambiance

Appareil de régulation automatique du système de chauffage à une température donnée.

TLw

facteur de transmission lumineuse d’une fenêtre vitrée qui traduit sa capacité à transmettre la lumière naturelle à l’intérieur d’un habitat. Il est compris entre 0 et 1. Plus le TL est grand, plus la quantité de lumière naturelle transmise est importante. (voir aussi le facteur Sw).

Les facteurs Sw et TLw ne sont pas liés. Les apports solaires et lumineux doivent être élevés en hiver, alors qu’en été, les apports solaires doivent être maîtrisés, tout en conservant les apports lumineux.

Tonne Équivalent Pétrole (TEP)

Unité de mesure de l’énergie utilisée par les économistes de l’énergie pour comparer les énergies entre elles. C’est l’énergie produite par la combustion d’une tonne de pétrole moyen, ce qui représente environ 11 600 kWh. On utilise le joule ou la tonne d’équivalent pétrole (tep) pour comparer des formes d’énergie différentes.

Torchère

Lieu ou une partie des gaz dégagés par les centres de compostage ou d’enfouissement (biogaz) peuvent être brûlés. La transformation en CO2 du biogaz par combustion en torchère avant relargage dans l’atmosphère constitue un moindre mal. C’est une obligation pour les CSDU soumis à la législation des installations classées par arrêté du 9 septembre 1997. La valorisation énergétique du biogaz constitue un enjeu important en terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Traitement

Processus physiques, thermiques, chimiques ou biologiques, y compris le tri, qui modifient les caractéristiques des déchets de manière à en réduire le volume ou le caractère dangereux, à en faciliter la manipulation ou à en favoriser les valorisations.

Traitement thermique

Traitement des déchets par l’action de la chaleur. Ceci inclut notamment l’incinération, la pyrolyse et la thermolyse.

Transfert ou transit

Changement de véhicules entre la collecte et les sites de tri, de traitement ou de stockage afin d’optimiser le transport. L’acheminement peut comporter plusieurs transferts.

Tri

Opération visant à séparer des déchets mélangés en différentes catégories (cartons, plastiques, palettes en bois...) en vue d’en faciliter l’élimination dans des processus spécifiques à chaque catégorie.

Tri sélectif

Les déchets sont triés par ceux qui les produisent, ou par des organismes spécialisés, en fonction de leur nature (métaux, verre, papier, végétaux, etc.), pour faciliter leur recyclage. On l’appelle ’’Tri à la source’’ lorsqu’il est fait avant une collecte sélective en porte à porte et ’’Tri par apport volontaire’’ lorsqu’il s’effectue à l’aide de conteneurs spécifiques situés en déchèterie ou sur la voie publique.

Troposphère

Couche la plus basse, représente environ 80 % de la masse totale de l’atmosphère. La température y décroît en moyenne de 6,5 °C par kilomètre jusqu’à la tropopause, limite supérieure où la température cesse de décroître pour atteindre une valeur moyenne de - 57 °C. L’altitude de la tropopause est comprise entre 8 km pour les régions polaires et 17 km pour les régions équatoriales. C’est dans cette couche qu’ont lieu la plupart des phénomènes météorologiques. Elle contient les neuf dixièmes de la totalité de la masse d’air et pratiquement toute la vapeur d’eau, donc les nuages.

Trou de la couche d’ozone

Ce terme est utilisé pour montrer le degré de destruction de la couche d’ozone lorsque le niveau décelé dépasse 50 %. Des trous d’ozone saisonniers ont été observés au-dessus des régions arctiques et de l’Antarctique, d’une partie du Canada et de l’extrême Nord-Est des Etats-Unis.

TWh

1 TWh = 1 milliard de kWh. Cette unité d’énergie est utilisée pour mesurer la production d’électricité d’une centrale (quelques TWh) ou une production nationale (environ 400 TWh pour la production nucléaire française).

TWh/an

Tera watt heure par an


Haut de page
U

U.C.F. (Union Climatique de France)

Composante de la Fédération Française du Bâtiment (FFB), elle est au service des entreprises de génie climatique exerçant leur activité dans les domaines du : chauffage, climatisation, ventilation, fumisterie, ramonage, régulation… L’UCF regroupe des entreprises de toutes tailles qui utilisent toutes les énergies classiques ou renouvelables. De plus elle intervient dans tous les secteurs d’activité : habitat, tertiaire, industrie.

Ultraviolet

Rayonnement électromagnétique de longueur d’onde comprise entre 20 nm et 400 nm. On distingue les rayonnements : UVA "agent du bronzage"; UVB plus énergétiques et partiellement arrêtés par la couche d’ozone; UVC très énergétiques totalement arrêtés par la couche d’ozone. Une augmentation de la dose d’UV sur Terre augmenterait le nombre de cancers de la peau.

Uranium

Métal gris-blanc qui provient d’un minerai appelé pechblende. Aujourd’hui on l’utilise pour produire de l’électricité. On lui fait subir quelques transformations pour pouvoir ensuite utiliser l’énergie produite par la fission de ses atomes. Cette énergie très puissante est appelée énergie nucléaire.

L’électricité d’origine nucléaire

Usine hydroélectrique (ou centrale hydraulique)

Ensemble des installations, turbines… destiné à la fabrication de l’électricité. L’usine peut être implantée en pied de barrage ou reliée au barrage par une conduite forcée.

Uw

coefficient de transmission thermique d’une fenêtre traduisant sa capacité à conserver la température intérieure. Plus l’Uw est faible, plus la fenêtre est isolante. Ce coefficient devient Uj/n lorsque la fenêtre est associée à un volet extérieur.

Haut de page
V


V.M.C.

Ventilation Mécanique Contrôlée. Une ventilation a pour vocation de faciliter l’aération des locaux en évacuant l’air vicié et en le renouvelant par de l’air frais. La ventilation mécanique désigne tous les dispositifs qui comportent au moins un équipement motorisé d’évacuation ou d’insufflation forcée d’air frais.

Valorisation

Terme générique recouvrant le réemploi, la réutilisation, la régénération, le recyclage, la valorisation organique ou la valorisation énergétique des déchets.

Valorisation énergétique

Utilisation d’une source d’énergie résultant du traitement des déchets.

Valorisation matière

Utilisation de tout ou partie d’un déchet en remplacement d’un élément ou d’un matériau.

Vasistas

Vantail vitré mobile pratiqué au-dessus d’une porte ou d’une fenêtre.

Ventilation

Processus par lequel l’air extérieur est amené dans un espace intérieur en remplacement de l’air vicié.

Véranda

Galerie généralement vitrée établie sur la façade d’une maison.

Vermiculite

Matériau naturel composé essentiellement de silicate d’aluminium et de magnésium, utilisé comme isolant.


Haut de page
W

Watt

Unité de mesure de la puissance, et des flux énergétique et thermique.

Watt crête

Le Watt crête caractérise la puissance d’un panneau photovoltaïque. Il correspond à la délivrance d’une puissance électrique de 1 Watt, sous de bonnes conditions d’ensoleillement et d’orientation.

Wh

Un Wattheure (Wh) est une quantité d’énergie égale à 3 600 joules ou 3,6 kJ. On utilise le plus souvent avec des multiples exprimés en kWh (kilowattheure), en MWh (mégawattheure) ou TWh (térawattheure), avec 1 MWh = 1000 kWh et 1TWh = 1 million de kWh.


Haut de page
X


Haut de page
Y

Yellow cake

Le yellow cake est un concentré d’uranium. C’est une poudre grossière qui n’est pas soluble dans l’eau et qui contient environ 80% d’uraninite, fondant à environ 2.878°C. Le yellowcake produit par la plupart des usines modernes est en fait brun ou noir, et non jaune ; son nom vient de la couleur et de la texture des concentrés qui étaient produits par les méthodes d’extraction primitives.

Naturellement pauvre en uranium, le minerai est concentré et transformé en poudre jaune, le "yellow cake". 1.000 tonnes de minerai traité donnent 1,5 à 10 tonnes de "yellow cake".

La poudre ainsi obtenue est ensuite convertie en gaz, l’hexafluorure d’uranium (UF6), elle-même enrichi pour permettre la réaction de fission nucléaire (la proportion d’uranium 235 fissile passe de 0,92 % à 3,2 %).


Haut de page
Z

ZDE (Zone de Développement de l’Eolien)

Le principe de création de Zones de Développement de l’Eolien (ZDE) a été introduit par la loi POPE du 13 juillet 2005, qui fixe les orientations de la politique énergétique de la France et qui a notamment modifié le dispositif d’obligation d’achat pour la production d’électricité d’origine éolienne en métropole continentale. Ce nouveau dispositif a pour but d’approfondir la concertation, faire davantage participer les collectivités à cette forme de production décentralisée d’énergie et notamment mieux prendre en compte les considérations paysagères.

Ainsi, les ZDE sont arrêtées par le préfet sur proposition des communes concernées, permettant aux installations éoliennes qui y sont situées de bénéficier de l’obligation d’achat. Ce dispositif doit inciter les collectivités à participer à cette forme de production décentralisée d’énergie tout en prenant en compte les considérations paysagères.

Une ZDE répond donc au souhait des collectivités d’accueillir dans un cadre maîtrisé des installations éoliennes sur leur territoire. Elle est proposée au préfet par une ou plusieurs communes.

La ZDE est définie en prenant en compte :

- le potentiel éolien de la zone,

- les possibilités de raccordement aux réseaux électriques,

- la protection des paysages, des monuments historiques et des sites remarquables et protégés.

Zone climatique

Aire annulaire entourant le globe. C’est une zone caractérisée par un type de climat dont au moins les grandes lignes sont communes à l’ensemble de la zone.

Zone de Développement de l’Eolien (ZDE)

Le principe de création de Zones de Développement de l’Eolien (ZDE) a été introduit par la loi POPE du 13 juillet 2005, qui fixe les orientations de la politique énergétique de la France et qui a notamment modifié le dispositif d’obligation d’achat pour la production d’électricité d’origine éolienne en métropole continentale. Ce nouveau dispositif a pour but d’approfondir la concertation, faire davantage participer les collectivités à cette forme de production décentralisée d’énergie et notamment mieux prendre en compte les considérations paysagères.

Ainsi, les ZDE sont arrêtées par le préfet sur proposition des communes concernées, permettant aux installations éoliennes qui y sont situées de bénéficier de l’obligation d’achat. Ce dispositif doit inciter les collectivités à participer à cette forme de production décentralisée d’énergie tout en prenant en compte les considérations paysagères.

Une ZDE répond donc au souhait des collectivités d’accueillir dans un cadre maîtrisé des installations éoliennes sur leur territoire. Elle est proposée au préfet par une ou plusieurs communes.

La ZDE est définie en prenant en compte :

- le potentiel éolien de la zone,

- les possibilités de raccordement aux réseaux électriques,

- la protection des paysages, des monuments historiques et des sites remarquables et protégés.


Haut de page
Droits réservés 2011 - VIRIDIS ELEC - Mentions légales - Plan du site - Crédit photos : Photowatt ; Fotolia ; JCComparin;  Cyril Comtat; Chlorophylle
Création de site internet: Cianeo